Alexis Tsipras réitère son appel à voter "non" au référendum

jeudi 2 juillet 2015 07h22
 

par Lefteris Karagiannopoulos et Paul Taylor

ATHENES/BRUXELLES (Reuters) - Le Premier ministre grec a réitéré mercredi son appel à voter "non" aux propositions des créanciers de la Grèce lors du référendum de dimanche qui pourrait décider de l'avenir européen du pays.

Moins de 24 heures après avoir écrit aux bailleurs de fonds internationaux que la Grèce était susceptible d'accepter leur dernier projet d'accord, sous réserve de quelques modifications, Alexis Tsipras a réaffirmé que le pays faisait l'objet d'un "chantage", démentant les rumeurs de report, voire d'annulation, du référendum.

Dans son allocution télévisée, il a accentué l'ambiance survoltée, et parfois surréaliste, de ces derniers jours pendant lesquels les déclarations agressives ont succédé aux offres de concessions de dernière minute.

Le Premier ministre a dit à ses compatriotes qu'une victoire du "non" ne serait pas un rejet de l'Europe ni de l'euro, ainsi que l'affirment des responsables européens, mais qu'il renforcerait au contraire la pression sur les créanciers de la Grèce pour qu'ils acceptent un plan économiquement viable permettant au pays de se financer à nouveau sur les marchés.

"Le référendum de dimanche ne porte pas sur la place de notre pays dans l'euro, c'est un acquis et personne ne peut en douter", a ajouté Alexis Tsipras.

Le chef du gouvernement grec est soumis à de fortes pressions politiques dans son pays, où de longues queues se formaient mercredi devant les distributeurs de banques au lendemain du défaut de la Grèce face au Fonds monétaire international (FMI).

Les ministres des Finances de la zone euro ont discuté mercredi lors d'une téléconférence de la demande grecque d'un prêt de 29 milliards d'euros pour couvrir le service de sa dette en échange de l'acceptation des propositions de ses créanciers.

Alexis Tsipras a déclaré qu'il répondrait "immédiatement" à tout signal positif de la part de ses interlocuteurs. "Le gouvernement grec restera à la table des négociations jusqu'à la fin et sera encore là lundi", a-t-il dit.   Suite...

 
Dans son allocution télévisée, Alexis Tsipras a réitéré mercredi son appel à voter "non" aux propositions des créanciers de la Grèce lors du référendum de dimanche. /Photo prise le 1er juillet 2015/ REUTERS/Bureau du Premier ministre grec/Andrea Bonetti