La Grèce freine la croissance manufacturière dans la zone euro

mercredi 1 juillet 2015 14h18
 

par Jonathan Cable et Ian Chua

LONDRES (Reuters) - La croissance manufacturière a un peu accéléré en juin dans la zone euro mais elle est restée molle, conséquence de l'incertitude pesant sur l'avenir de la Grèce dans le bloc monétaire.

La Grèce comptait mercredi sur ses partenaires de la zone euro et la Banque centrale européenne pour rester à flot après avoir fait défaut sur un prêt dû au Fonds monétaire international (FMI) et alors qu'elle ne peut plus compter sur les aides liées à son deuxième plan de sauvetage financier.

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a écrit à ses créanciers internationaux pour leur dire que la Grèce était susceptible d'accepter leur offre de renflouement publiée le dimanche 28 juin, sous réserve que plusieurs modifications y soient apportées.

L'indice des directeurs d'achats (PMI) Markit dans l'industrie manufacturière est ressorti à 52,5 en juin, un plus haut de 14 mois, contre 52,2 en mai.

Il confirme l'estimation initiale, donnée avant que la Grèce ne se retrouve en défaut de paiement vis-à-vis du Fonds monétaire international (FMI) en n'ayant pas honoré mardi une échéance de 1,6 milliard d'euros.

Le sous-indice de la production, qui est intégré dans l'indice composite attendu vendredi, s'établit à 53,6 contre une estimation flash de 53,5 et 53,3 en mai.

"Le rythme de croissance reste globalement terne, rien d'impressionnant. Ce n'est sans doute pas étonnant au vu du haut degré d'incertitude entourant les discussions sur la dette grecque observé durant le mois", a dit Chris Williamson, chef économiste de Markit.

  Suite...

 
La croissance manufacturière a un peu accéléré en juin dans la zone euro mais elle est restée molle, conséquence de l'incertitude pesant sur l'avenir de la Grèce dans le bloc monétaire. L'indice des directeurs d'achats (PMI) Markit dans l'industrie manufacturière est ressorti à 52,5 en juin, un plus haut de 14 mois, contre 52,2 en mai. /Photo d'archives/ REUTERS/Ina Fassbender