La consommation des ménages soutient la croissance britannique

mardi 30 juin 2015 16h14
 

par Andy Bruce et David Milliken

LONDRES (Reuters) - Le Royaume-Uni a enregistré une croissance plus soutenue que précédemment estimé au cours des trois premiers mois de l'année, grâce au dynamisme de la consommation des ménages et à un redressement de l'investissement des entreprises, mais les exportations sont restées à la traîne.

Le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 0,4% au premier trimestre par rapport aux trois derniers mois de 2014, contre une estimation précédente de 0,3%, a annoncé l'Office des statistiques nationales (ONS).

Sur un an, la hausse du PIB a été revue en hausse d'un demi-point de pourcentage à 2,9%, bien plus que les 2,5% que les économistes attendaient en moyenne.

La révision du chiffre trimestriel s'explique essentiellement par une baisse beaucoup moins forte qu'initialement annoncé de la production du secteur de la construction, du fait d'un changement de méthodologie.

L'investissement final a également été revu en hausse, à +2,0% sur le trimestre et +5,7% sur un an, alors que le commerce extérieur a apporté une contribution négative de 0,6 point.

Les dépenses des ménages, en hausse de 0,9% (+3,4% sur un an), ont été le principal moteur de la croissance.

Selon les données de l'ONS, leur revenu disponible a connu sa plus forte croissance depuis 2001 à la faveur d'augmentations salariales et d'un taux d'inflation au plus bas depuis 50 ans.

Le taux d'épargne des Britanniques a en outre reculé à son plus bas niveau depuis près de huit ans.   Suite...

 
Répétition titre.

La croissance économique a été plus soutenue que précédemment estimé au cours des trois premiers mois de l'année, qui ont vu les revenus disponibles des ménages connaître leur hausse la plus marquée depuis 2001. /Photo prise le 3 juin 2015/REUTERS/Suzanne Plunkett