Manifestation pro-Tsipras à Athènes avant un inéluctable défaut

mardi 30 juin 2015 07h24
 

par Michele Kambas et Lefteris Papadimas

ATHENES (Reuters) - A quelques heures d'un inéluctable défaut de paiement, au moins 20.000 Grecs sont descendus dans les rues d'Athènes lundi soir pour apporter leur soutien au Premier ministre Alexis Tsipras.

En décidant de soumettre à référendum les propositions des créanciers de la Grèce, le dirigeant du parti de gauche anti-austérité Syriza a précipité la rupture avec ses partenaires européens et s'est vu contraint d'imposer des mesures de contrôle des capitaux pour éviter un effondrement des banques grecques.

Un accord "argent frais contre réformes" désormais impossible - à moins d'un invraisemblable revirement -, la Grèce ne sera pas en mesure de rembourser une tranche de 1,6 milliard d'euros dus au Fonds monétaire internationale avant ce mardi soir minuit.

Ce défaut déclencherait des événements en cascade avec peut-être à la clé une sortie du pays de la zone euro, un "Grexit" dont Benoît Coeuré, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), estime dans une interview publiée mardi par le quotidien Les Echos qu'elle "ne peut malheureusement plus être exclue".

A court terme, le principal risque pour la Grèce est de voir la BCE fermer la ligne d'aide d'urgence aux banques grecques, une décision qui semble peu probable cette semaine, avant le référendum de dimanche dont l'issue sera en revanche décisive.

En Grèce, les banques sont fermées depuis lundi et les retraits limités à 60 euros par jour pour les détenteurs de cartes de crédit émises par banques grecques.

"L'AUSTÉRITÉ À PERPÉTUITÉ"   Suite...

 
A quelques heures d'un inéluctable défaut de paiement, au moins 20.000 Grecs sont descendus dans les rues d'Athènes lundi soir pour apporter leur soutien au Premier ministre Alexis Tsipras. La Grèce ne sera sans doute pas en mesure de rembourser une tranche de 1,6 milliard d'euros dus au Fonds monétaire internationale avant ce mardi soir minuit. /Photo prise le 29 juin 2015/REUTERS/Alkis Konstantinidis