Le prix de l'aéroport de Toulouse encourageant pour Lyon et Nice

vendredi 5 décembre 2014 16h08
 

par Gilles Guillaume et Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Le montant que l'Etat a obtenu pour la privatisation partielle de l'aéroport de Toulouse lui permet d'espérer céder l'an prochain des participations dans ceux de Nice et de Lyon au prix fort, estiment vendredi des analystes.

Malgré l'opposition locale, le ministère de l'Economie a annoncé jeudi soir avoir choisi le consortium chinois Symbiose comme futur acquéreur d'une participation de 49,9% dans l'aéroport toulousain, quatrième aéroport régional français, pour 308 millions d'euros.

Ce prix, ajouté à une dette d'une centaine de millions d'euros, donne pour la plate-forme de Toulouse une valeur d'entreprise d'environ 716 millions d'euros, soit 18 fois l'Ebitda (Excédent brut d'exploitation) 2013 qui s'est monté à environ 39 millions d'euros.

"C'est beaucoup", commente un analyste du secteur. "Surtout si l'on compare aux neuf fois l'Ebitda de valorisation d'ADP.

En extrapolant ce ratio de 18 aux aéroports de Nice et de Lyon, les deux prochains sur la liste des privatisations partielles, on obtient des valeurs d'entreprise comprises entre près d'un milliard d'euros et plus de 1,6 milliard d'euros, selon les calculs de Reuters.

"Cette décision montre également que le gouvernement français est bien décidé à maximiser le prix de cession des actifs publics, sans faire de cadeau aux candidats locaux", souligne Grégoire Thibault, analyste BTP et Concessions chez Natixis, dans une note de recherche.

Le groupe Aéroport Nice Côte d'Azur –qui comprend l'aéroport de Nice, première plate-forme régionale de France par le trafic passagers, mais également l'aéroport de Saint-Tropez- a dégagé l'an dernier un Ebitda de 91,8 millions d'euros.

L'aéroport de Lyon, qui vient en deuxième position par le trafic, a affiché lui un Ebitda de 51,4 millions d'euros.   Suite...

 
Le montant que l'Etat a obtenu pour la privatisation partielle de l'aéroport de Toulouse lui permet d'espérer céder l'an prochain des participations dans ceux de Nice et de Lyon au prix fort, selon des analystes. /Photo prise le 3 décembre 2014/REUTERS/Régis Duvignau