Longchamp vise une croissance organique de 10% en 2015

jeudi 4 décembre 2014 17h29
 

par Pascale Denis et Astrid Wendlandt

PARIS (Reuters) - Longchamp, qui vient d'ouvrir sur les Champs-Elysées son plus grand magasin d'Europe, pense accélérer la cadence et atteindre une croissance à deux chiffres en 2015 malgré un contexte devenu difficile pour le secteur du luxe.

Le maroquinier, qui a doublé sa croissance organique à 8% en 2014, porté par un important programme d'ouvertures de magasins, estime pouvoir atteindre la barre des 10% en 2015 grâce à la clientèle touristique et une bonne dynamique en Asie comme aux Etats-Unis.

"Nous allons être aux environs de 500 millions d'euros de chiffre d'affaires cette année (après 463 millions en 2013) (...) et l'année 2015 s'annonce assez bien", a déclaré à Reuters Jean Cassegrain, directeur général de Longchamp, lors d'une interview.

En Europe, où Longchamp réalise encore 60% de ses ventes, la demande de la clientèle locale s'est stabilisée cette année après une forte baisse en 2013, a-t-il précisé.

Le champion français du luxe dit "accessible" (le prix moyen des sacs oscille autour de 400 euros) a surperformé un secteur dont la croissance moyenne est tombée aux environs de 6% à taux constants, plombée par le ralentissement du marché chinois, le marasme européen, les remous politiques à Hong Kong et la crise en Russie.

Pour 2015, les analystes de HSBC estiment que la croissance moyenne des acteurs cotés du luxe, LVMH, Kering, Richemont ou Swatch, devrait se situer aux alentours de 7% à 8% à taux de change constants.

Longchamp profite quant à lui d'un important programme d'ouvertures de magasins, alors que des géants comme Louis Vuitton (groupe LVMH) ou Gucci (Kering) ont quasiment stabilisé leur réseau de boutiques.

  Suite...

 
Jean Cassegrain, directeur général de Longchamp. Le maroquinier, qui vient d'ouvrir sur les Champs-Elysées son plus grand magasin d'Europe, pense accélérer la cadence et atteindre une croissance à deux chiffres en 2015 malgré un contexte devenu difficile pour le secteur du luxe. /Photo prise le 3 décembre 2014REUTERS/Jacky Naegelen