La zone euro menacée d'une nouvelle contraction du PIB

mercredi 3 décembre 2014 20h03
 

par Jonathan Cable

LONDRES (Reuters) - Le risque d'une contraction de l'économie dans la zone euro est de retour, l'activité dans le secteur privé ayant augmenté moins qu'attendu en novembre en dépit d'une baisse marquée des prix, montrent mercredi les enquêtes mensuelles auprès des directeurs d'achat.

Cette situation devrait nourrir le débat au sein de la Banque centrale européenne (BCE), qui réunit jeudi son Conseil des gouverneurs, sur l'opportunité de nouvelles mesures de soutien à l'activité et de lutte contre la faiblesse "dangereuse" de l'inflation.

Parallèlement, les enquêtes auprès des entreprises chinoises du secteur des services traduisent une légère accélération de la croissance, même si celles menées dans le secteur manufacturier, publiées lundi, suggèrent un ralentissement de l'activité industrielle.

L'indice PMI composite définitif des directeurs d'achats de Markit est ressorti à 51,1 pour l'ensemble de la zone euro, contre 52,1 en octobre, 52,0 en septembre et une estimation "flash" de 51,4.

Ce baromètre de l'activité du secteur privé reste pour le 17e mois consécutif au-dessus du seuil de 50 séparant contraction et expansion, mais le sous-indice des nouvelles commandes est passé sous cette barre pour la première fois depuis la mi-2013, augurant d'un nouvel accès de faiblesse en décembre.

"Les chiffres de la zone euro indiquent que l'économie avance, mais à la vitesse d'un escargot; la BCE reste sous pression", commente Philip Shaw, économiste d'Investec.

"QUASI-STAGNATION"   Suite...

 
L'activité dans le secteur privé dans la zone euro a connu en novembre une croissance encore plus lente que prévu, en dépit des fortes baisses sur les prix consenties par les entreprises, renforçant le risque d'une contraction économique au début de l'an prochain. /Photo prise le 2 septembre 2014/REUTERS/Philippe Wojazer