Alstom inaugure ses premières usines d'éoliennes en mer

mardi 2 décembre 2014 15h38
 

par Guillaume Frouin

SAINT-NAZAIRE, Loire-Atlantique (Reuters) - Alstom a inauguré mardi ses deux premières usines françaises de production d’éoliennes en mer, dont le groupe ambitionne de faire la vitrine de son excellence industrielle dans le cadre de son rapprochement avec General Electric.

Le Premier ministre Manuel Valls a déclaré lors de la visite des usines à Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique), près de Nantes, que le consortium formé par l’équipementier français et GDF-Suez avait été retenu, avec celui constitué par EDF-Energies Nouvelles et DCNS, pour la construction de "fermes-pilotes hydroliennes" au large des côtes de la Manche.

EDF a expliqué dans un communiqué prévoir l'installation d’une "ferme pré-commerciale" de sept hydroliennes qui serait raccordée au réseau à partir de 2018.

Manuel Valls a également annoncé à Nantes le lancement "en juin 2015" d'un appel à manifestation d'intérêt (AMI) similaire pour les éoliennes flottantes, d'un montant de 150 millions d'euros. "Je sais qu'il est particulièrement attendu par les acteurs de la filière", a commenté le Premier ministre.

Concernant un troisième appel d’offres gouvernemental pour les champs d’éoliennes françaises, évoqué par son prédécesseur Jean-Marc Ayrault, Manuel Valls a indiqué que le gouvernement travaillait "activement, dans la concertation, à l'identification de nouvelles zones propices en 2015".

A Saint-Nazaire, les deux ateliers d’Alstom – qui emploient une quarantaine de personnes actuellement, mais 300 à terme – seront chargés de l’assemblage des nacelles et des générateurs de l’Haliade 150, une éolienne de 6 mégawatts déjà testée depuis deux ans, à terre, sur le site du Carnet (Loire-Atlantique), mais aussi en mer du Nord.

Quelque 100 machines devraient ainsi être produites chaque année par ces deux usines, qui devront notamment en livrer 240 d’ici à 2020 pour les trois champs d’éoliennes off-shore français remportés par EDF au large de Saint-Nazaire, Courseulles-sur-Mer (Calvados) et Fécamp (Seine-Maritime).

  Suite...

 
Le PDG d'Astom, Patrick Kron. Le groupe a inauguré mardi ses deux premières usines françaises de production d’éoliennes en mer, dont il ambitionne de faire la vitrine de son excellence industrielle dans le cadre de son rapprochement avec General Electric. /Photo prise le 2 décembre 2014/REUTERS/Stéphane Mahé