Nicolas Sarkozy entame la reconstruction de l'UMP

lundi 1 décembre 2014 19h06
 

PARIS (Reuters) - Tout juste de retour à la tête de l'UMP, Nicolas Sarkozy a entamé lundi les travaux préparatoires à la reconstruction du principal parti de la droite française, ébranlé par deux ans et demi de guerres des chefs et d'affaires politico-judiciaires.

L'ancien chef de l'Etat et son ex-challenger pour la présidence du parti, Bruno Le Maire, ont affiché leur volonté d'unité en faisant savoir qu'ils iraient ensemble le 9 décembre au congrès de la CDU allemande à Cologne.

L'idée d'un "comité des anciens Premiers ministres" UMP, lancée dimanche par Nicolas Sarkozy sous couvert de l'aider dans sa tâche, s'est en revanche heurtée à une fin de non recevoir des principaux intéressés, Alain Juppé et François Fillon.

Elu ce week-end avec 64,5% de suffrages des militants, l'ex-chef de l'Etat retrouve la présidence d'un parti dont il avait fait entre 2004 et 2007 un instrument de conquête de l'Elysée.

Nicolas Sarkozy, qui ira mardi matin devant le groupe UMP de l'Assemblée, a enchaîné lundi les rendez-vous avec les ténors du parti. Il a ainsi reçu en premier Bruno Le Maire, qui l'a privé du plébiscite espéré en ralliant plus de 29% des voix.

"Merci Bruno!" a lancé Nicolas Sarkozy en raccompagnant son ancien ministre de l'Agriculture, qui est reparti au volant de sa voiture sans faire de déclaration mais souriant. L'entourage de Bruno Le Maire assure que l'entretien a été "très amical".

"Il a confirmé que l'unité de leur famille politique était sa priorité absolue et qu'il mettrait ses 29% au service de cette unité", a dit à Reuters un de ses proches. "Il a également confirmé qu'il ne voulait aucune responsabilité pour lui-même."

Et surtout pas de responsabilité dans l'organisation de l'UMP, ce qui reviendrait à accepter de mettre en oeuvre un programme qu'il a combattu, souligne-t-on dans son entourage.

Bruno Le Maire a néanmoins accepté d'être le représentant de l'UMP au sommet du Parti populaire européen (PPE) en décembre.   Suite...

 
Luc Chatel, Nicolas Sarkozy et Bruno Le Maire au siège parisien de l'UMP. L'ex-chef d'Etat et son ancien ministre de l'Agriculture sont convenus lundi d'aller ensemble le 9 décembre au congrès de la CDU allemande à Cologne, une première illustration de la volonté d'unité affichée par le nouveau président de l'UMP et son principal challenger. /Photo prise le 1er décembre 2014/REUTERS/Jacky Naegelen