Moody's abaisse la note souveraine du Japon

lundi 1 décembre 2014 11h32
 

par Leika Kihara et Stanley White

TOKYO (Reuters) - Moody's Investors Service a abaissé lundi la note souveraine du Japon d'un échelon, de Aa3 à A1, en arguant de l'incertitude croissante sur la capacité de l'archipel à atteindre son objectif de réduction de la dette publique.

Cette annonce a provoqué un nouvel accès de faiblesse du yen, qui a brièvement touché un plus bas de sept ans face au dollar américain et fait reculer de 10 points de base les contrats futures sur les emprunts d'Etat japonais à 10 ans.

La perspective de la nouvelle note A1 est stable, précise Moody's.

La dégradation de la note souveraine japonaise intervient moins de deux semaines avant les élections anticipées provoquées par le Premier ministre, Shinzo Abe, dont il espère retirer une nouvelle légitimité pour poursuivre ses efforts de relance de l'économie et d'assainissement des finances publiques.

Le Fonds monétaire international (FMI) prévoit que la dette publique japonaise représentera 245% du produit intérieur brut (PIB) cette année, rappelle Moody's dans un communiqué.

La hausse de la TVA en avril dernier a lourdement pesé sur la consommation et l'activité économique, le pays retombant en récession au troisième trimestre, ce qui a conduit Shinzo Abe à annoncer un report d'un nouveau relèvement de la taxe sur la consommation.

Et les observateurs restent partagés sur la capacité du gouvernement à atteindre ses objectifs. La décision de Moody's risque donc de relancer les interrogations.

"C'est une nouvelle particulièrement mauvaise pour Abe parce que l'opposition peut l'attaquer sur ce point-là avant les élections", estime Hiroshima Miyazaki, économiste senior de Mitsubishi UFJ Morgan Stanley Securities.   Suite...

 
Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe. Moody's Investors Service a abaissé lundi la note souveraine du Japon d'un échelon, de Aa3 à A1, en arguant de l'incertitude croissante sur la capacité de l'archipel à atteindre son objectif de réduction de la dette publique. /Photo rpise le 1er décembre 2014/REUTERS/Toru Hanai