L'Opep ne semble pas disposée à baisser sa production

jeudi 27 novembre 2014 15h24
 

par Alex Lawler et Shadia Nasralla

VIENNE (Reuters) - Les pays producteurs de pétrole du Golfe, emmenés par l'Arabie saoudite, ne semblent pas disposés à plaider pour une baisse de la production dans l'immédiat, en dépit des appels de certains pays membres de l'Opep à une réduction des extractions afin de tenter d'endiguer la baisse du prix du baril.

Un délégué de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui est réunie à Vienne, a dit à Reuters que le Conseil de coopération du Golfe avait adopté une position de consensus pour ne pas baisser les quotas de production.

"L'Opep ne devrait sans doute pas réduire sa production aujourd'hui", a-t-il dit jeudi peu après le début de la réunion. Un autre délégué a confirmé cette information et un troisième a dit que le résultat était difficile à prédire.

Le ministre saoudien du Pétrole, Ali al Naïmi, et son homologue des Emirats arabes unis (EAU) ont déclaré mercredi qu'ils s'attendaient à ce que le marché se stabilise de lui-même.

L'absence probable de décision à la réunion de l'Opep a fait plonger jeudi le cours du Brent de mer de Nord à un niveau qu'il n'avait plus atteint depuis plus de quatre ans, soit 75,48 dollars le baril. Il est par la suite repassé au-dessus des 76 dollars et évoluait aux alentours de 76,40 dollars, soit tout de même un recul de 1,35% sur la séance.

Les cours pétroliers ont fondu de plus de 30% depuis juin, conséquence de l'explosion du schiste aux Etats-Unis et du ralentissement de la croissance en Europe et en Chine.

Si l'Opep, réduisait unilatéralement sa production, qui représente environ un tiers de l'offre mondiale, elle prendrait le risque d'abandonner des parts de marché aux producteurs nord-américains de pétrole de schiste.

Si elle décidait au contraire de reconduire les quotas actuels, cela déclencherait dans les faits une bataille pour les parts de marché, selon le ministre iranien du Pétrole, Bijan Zangeneh.   Suite...

 
Le secrétaire général de l'Opep, Abdoullah al Badri. Les pays producteurs de pétrole du Golfe, emmenés par l'Arabie saoudite, ne semblent pas disposés à plaider pour une baisse de la production dans l'immédiat, en dépit des appels de certains pays membres de l'Opep à une réduction des extractions afin d'endiguer la baisse du prix du baril. /Photo prise le 27 novembre 2014/REUTERS/Heinz-Peter Bader