Les liqueurs limitent pour Rémy Cointreau la chute de la marge

jeudi 27 novembre 2014 16h21
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Rémy Cointreau, plombé par la baisse de ses ventes de cognac haut de gamme en Chine, a surpris le marché jeudi avec un résultat opérationnel moins dégradé que prévu au premier semestre 2014-2015 grâce aux performances de son pôle liqueurs et spiritueux.

Le propriétaire du cognac Rémy Martin, de la liqueur Cointreau ou du rhum Mount Gay a vu son résultat opérationnel chuter de 14,6% (à taux de change constants) à 102,1 millions d'euros, faisant mieux que les 89 millions attendus.

Très attendue, la nouvelle directrice générale du groupe, Valérie Chapoulaud Floquet, a déclaré n'avoir "aucun doute" sur le potentiel de croissance du marché chinois qui, à moyen terme, "consommera différemment".

Pour le moment, le marché chinois "ne montre pas de signe particulier de reprise" et pour Rémy Martin, les ventes des grossistes aux détaillants se sont stabilisées en volume.

L'objectif demeure, pour le groupe, que ces ventes aux détaillants se stabilisent aussi en valeur sur l'ensemble de l'exercice 2014-2015, ce qui, malgré l'absence de visibilité sur le nouvel an chinois 2015, devrait être favorisé par une base de comparaison très favorable (les ventes de Rémy Martin avaient décroché de 32% au dernier trimestre de l'exercice 2013-2014).

Rémy Cointreau pâtit comme ses concurrents LVMH (propriétaire de Hennessy) et Pernod Ricard (Martell) des mesures anti-corruption prises par Pékin, qui ont mis un coup d'arrêt aux cadeaux d'affaires et aux banquets ostentatoires.

Mais sa rentabilité souffre davantage compte tenu de sa plus forte exposition aux eaux-de-vie haut de gamme les plus touchées par ces mesures. Les catégories XO et Louis XIII, cognac ultra-haut de gamme à plus de 2.000 euros la bouteille, comptent pour la moitié du chiffre d'affaires du groupe en Chine.

  Suite...

 
A Cognac, dans une cave de la distillerie Rémy Martin, une marque du groupe Rémy  Cointreau. Le numéro deux français des spiritueux, toujours plombé par la baisse de ses ventes de cognac haut de gamme en Chine, a vu son résultat opérationnel chuter au premier semestre de son exercice 2014-2015. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau