14 novembre 2014 / 06:44 / dans 3 ans

Le 3e trimestre d'Airbus Group meilleur que prévu

Airbus Group a annoncé un bénéfice d'exploitation avant éléments exceptionnels supérieur aux attentes au troisième trimestre et confirmé ses objectifs pour 2014. Son bénéfice d'exploitation (Ebit) avant éléments non récurrents s'est élevé à 821 millions d'euros, en hausse de 16%. /Photo prise le 25 septembre 2014/REUTERS/Régis Duvignau

PARIS (Reuters) - Airbus Group a dégagé un bénéfice d‘exploitation trimestriel largement supérieur aux attentes grâce à l‘amélioration de la rentabilité de l‘A380, propulsant l‘action en nette hausse.

Le groupe européen d‘aérospatiale et de défense, qui a confirmé tous ses objectifs pour 2014, a toutefois mis en garde contre l‘augmentation des coûts de l‘avion de transport militaire A400M, un autre programme beaucoup plus coûteux que prévu à l‘origine.

Le titre s‘adjuge 3,35% à 49,30 euros vers 9h25 à la Bourse de Paris, affichant la deuxième plus forte hausse du CAC 40. L‘action sous-performe cependant encore l‘indice parisien depuis le début de l‘année (-12% contre -2% pour le CAC 40).

Airbus Group a maintenu son objectif de livraisons de 10 A400M pour 2014, qui paraît ambitieux puisque seuls quatre appareils ont été remis à leurs clients, dont trois à la France, cette année.

Les analystes, même satisfaits des trimestriels meilleurs qu‘attendu et des prévisions sans mauvaise surprise, craignent désormais une charge liée à l‘A400M au quatrième trimestre.

“Etant donné notre histoire, l‘objectif reste d‘éviter toute charge supplémentaire, mais nous sommes en train d‘évaluer la situation”, a déclaré le directeur financier Harald Wilhelm lors d‘une conférence téléphonique.

Il a toutefois reconnu qu‘il ne pouvait pas exclure une charge, même s‘il était encore prématuré de se prononcer.

Airbus Group précise dans son communiqué qu‘il finalisera des “mesures correctives” pour l‘A400M début 2015, lors des résultats 2014, citant des difficultés liées à la montée en cadence du programme et aux demandes des clients lors des livraisons.

Un droit de résiliation est contractuellement exerçable à compter du 1er novembre, mais Airbus Group juge “fort improbable” que des clients y aient recours.

AMÉLIORATION DE LA RENTABILITÉ DE L‘A380

Concernant l‘A380, Airbus Group a dit progresser vers l‘équilibre financier du programme, visé en 2015 grâce à ses livraisons, tout en restant à la peine en termes de commandes.

Airbus Group confirme anticiper pour 2015 une marge opérationnelle de 6,3 à 7,3% après prise en compte des coûts de développement de l‘A330neo (new engine option, version remotorisée en projet du long-courrier vedette de l‘avionneur).

Le groupe, qui doit livrer le premier exemplaire de son tout nouveau long-courrier A350 d‘ici la fin de l‘année, a confirmé viser une croissance modérée de son Ebit avant éléments non récurrents en 2014 comparé aux 3,6 milliards de 2013.

Cet Ebit a progressé de 16% à 821 millions d‘euros au troisième trimestre, tandis que le chiffre d‘affaires est resté stable à 13,297 milliards d‘euros et le bénéfice net a baissé de 41% à 264 millions.

Les analystes attendaient en moyenne au troisième trimestre un Ebit avant éléments non récurrents de 719 millions d‘euros, un chiffre d‘affaires de 13,436 milliards et un bénéfice net de 423 millions, selon le consensus de Reuters.

Airbus Group a également réaffirmé anticiper un chiffre d‘affaires annuel stable comparé aux 59 milliards d‘euros de 2013, sur la base d‘un euro à 1,35 dollar - mais l‘euro s‘échangeait aux environs de 1,25 dollar vendredi.

Le groupe réaffirme viser un flux de trésorerie disponible équilibré avant acquisitions en 2014 (il était de -2,090 milliards d‘euros au 30 septembre).

Les discussions avancent “bien” concernant la cession des 46% d‘Airbus Group dans Dassault Aviation menées avec l‘avionneur et l‘Etat - qui détient un droit de préemption sur les titres de l‘avionneur - a également précisé Harald Wilhelm.

Airbus Group, qui avait indiqué début octobre réfléchir à la vente d‘une première tranche de 10% du constructeur de l‘avion de combat Rafale à des institutions financières, pourrait attendre 2015 pour bénéficier de conditions de marché plus favorables, a-t-il ajouté.

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below