Croissance médiocre en vue pour la zone euro au 3e trimestre

dimanche 9 novembre 2014 16h57
 

par Mike Peacock

LONDRES (Reuters) - Les chiffres de la croissance attendus en fin de semaine dans la zone euro donneront la mesure des difficultés de la région au moment où Mario Draghi vient d'obtenir de ses collègues gouverneurs de la Banque centrale européenne qu'un objectif soit fixé pour ses injections de liquidités.

Le président de la BCE n'a pas annoncé de nouvelles mesures de soutien monétaire jeudi à l'issue de la réunion de novembre de l'institution, préférant attendre de voir ce que donnera la deuxième série de prêts bon marché de la banque centrale au secteur bancaire en décembre.

Balayant des rumeurs de dissensions internes, Mario Draghi a cependant fait état d'un accord unanime sur une évolution du bilan de la BCE "vers les dimensions qu'il avait au début de 2012", quand il dépassait de 1.000 milliards d'euros son montant actuel.

Les économistes s'interrogent depuis sur le sens du mot "vers", en se demandant s'il revient à énoncer un objectif ou donne juste une indication. Et tous se demandent si la BCE ira jusqu'à l'étape ultime d'un assouplissement quantitatif -à savoir le rachat de dette souveraine, auquel s'oppose une minorité d'au moins sept des 24 membres du Conseil des gouverneurs.

Les chiffres du produit intérieur brut (PIB) de la zone euro au troisième trimestre, publiés vendredi, devraient confirmer la mauvaise passe que traverse la région depuis l'été. L'Espagne, revenue de loin, a déjà annoncé une croissance raisonnable de 0,5% mais ses partenaires seront loin du compte.

L'ALLEMAGNE SOUS PRESSION À BRISBANE

La zone euro dans son ensemble n'a enregistré qu'une faible croissance de 0,1% au deuxième trimestre -chiffre révisé à la hausse en octobre après une estimation initiale à zéro- et l'économie allemande s'est contractée de 0,2% sur la période.   Suite...

 
Les chiffres de la croissance attendus en fin de semaine dans la zone euro donneront la mesure des difficultés de la région au moment où Mario Draghi vient d'obtenir de ses collègues gouverneurs de la Banque centrale européenne qu'un objectif soit fixé pour ses injections de liquidités. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach