Publicis paye cher l'échec de son projet de fusion avec Omnicom

jeudi 23 octobre 2014 09h39
 

par Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - Publicis mise sur son plan stratégique qui sera présenté début novembre pour rebondir après une année laborieuse plombée par le projet avorté de fusion avec l'américain Omnicom.

Le troisième groupe publicitaire mondial a enregistré une nouvelle contre-performance au troisième trimestre, payant le prix de l'échec d'une opération qui a accaparé ses équipes et ses dirigeants pendant plus de neuf mois aux dépens de la gestion de la société au quotidien.

Le publicitaire français ne s'attend pas à un rebond en fin d'année, tirant un trait sur sa prévision annoncée en début d'année d'une croissance du chiffre d'affaires supérieure à 4%.

"Avec les neuf premiers mois de l'année, on ne peut pas espérer que l'année dans son ensemble sera une de nos meilleures années. On peut même considérer qu'il vaut mieux l'avoir derrière soi et très vite s'engager pour une bien meilleure année 2015", a dit à la presse le président du directoire, Maurice Lévy.

Sur la période d'avril à juin, les revenus de Publicis ont atteint 1,75 milliard d'euros, affichant une croissance timide de 1,0% à données comparables (+4,4% en données publiées).

Elle marque une légère amélioration par rapport à la progression de 0,5% enregistrée au deuxième trimestre mais reste très loin du rebond qu'attendait le marché.

Sur la même période, l'ex-fiancé de Publicis Omnicom affiche, lui, une santé insolente avec une croissance organique de 6,5% tandis que son concurrent américain Interpublic IPG.N a progressé de 6,3%. Le numéro un mondial WPP publiera ses comptes vendredi la semaine prochaine.

"Nous avons une croissance organique qui est extrêmement modeste (...) et qui ne se situe pas (...) au niveau des attentes du marché ou des nôtres", a reconnu Maurice Lévy.   Suite...

 
Maurice Lévy,, président du directoire de Publicis. Le troisième groupe publicitaire mondial a fait état jeudi d'une croissance de ses revenus inférieure aux attentes au troisième trimestre, pénalisé par le projet avorté de fusion avec l'américain Omnicom qui a accaparé ses équipes pendant des mois. /Photo prise le 13 février 2014/REUTERS/Gonzalo Fuentes