Le nouveau patron de Total devra réorienter le pôle exploration

mardi 21 octobre 2014 20h51
 

par Michel Rose

PARIS (Reuters) - Le décès accidentel du PDG de Total pourrait compliquer la révision très attendue de la stratégie du groupe dans l'exploration, au moment même où la baisse des cours du pétrole va nécessiter des réductions de coûts pour satisfaire les actionnaires.

Le groupe pétrolier français a rompu avec ses habitudes en se tournant récemment vers l'extérieur pour choisir un responsable de la stratégie après trois années de hausse de ses investissements dans le forage sans résultat notable pour l'instant -le principal accroc au bilan de Christophe de Margerie.

Total a également commencé à réduire ses dépenses d'équipements après des années d'investissements record, sous la pression d'actionnaires réclamant une rétribution plus élevée.

Avec le baril de Brent revenu aux environs de 85 dollars, mener ce plan à bien paraît encore plus crucial.

"On a le sentiment qu'un groupe comme Total a mis en place une organisation lui permettant de répondre à une situation d'urgence. Et c'est une situation d'urgence", explique Renaud Murail, gestionnaire de fonds chez Barclays Bourse.

Sur le front de l'exploration, Total a augmenté son budget de 12% entre 2012 et 2014 dans le cadre d'une stratégie "risque élevé, rétribution élevée", mais 40% des puits forés en 2012 étaient à sec, une proportion passée à près de 60% en 2013, selon des données du groupe.

Une révision stratégique en profondeur, a-t-on dit de sources sectorielles, et les analystes espèrent que l'arrivée de Kevin McLachlan, recruté chez l'américain Murphy Oil pour diriger son pôle exploration, favorisera un esprit plus entrepreneurial.

Les grandes compagnies pétrolières comme Total peinent à imiter le succès de Murphy Oil ou de Tullow, une autre compagnie d'exploration indépendante, en raison de leur système complexe de prises de décisions et de leur culture plus rétive au risque.   Suite...

 
Minute de silence à la mémoire de Christophe de Margerie mardi au siège de Total, à La Défense. Le décès accidentel du PDG de Total pourrait compliquer la révision très attendue de la stratégie du groupe dans l'exploration, au moment même où la baisse des cours du pétrole va nécessiter des réductions de coûts pour satisfaire les actionnaires. /Photo prise le 21 octobre 2014/REUTERS/John Schults