Christophe de Margerie tué dans un accident d'avion à Moscou

mardi 21 octobre 2014 16h39
 

par Vladimir Soldatkin et Marine Pennetier et Matthieu Protard

MOSCOU/PARIS (Reuters) - Christophe de Margerie, le président-directeur général du groupe pétrolier Total, est mort lundi soir dans la collision de son avion d'affaires avec un chasse-neige à l'aéroport Vnoukovo de Moscou.

Une tempête de neige s'était abattue sur Moscou et, selon l'autorité russe des transports, la visibilité était mauvaise au moment du décollage peu avant minuit.

La commission d'enquête russe, un organisme dépendant directement du président Vladimir Poutine, a indiqué que le conducteur de la déneigeuse était ivre. Celui-ci, a dit son avocat, considère qu'il n'est pas coupable car il a suivi toutes les instructions du 'dispatcher' chargé de la régulation de la circulation sur les pistes.

Total, qui a tenu une réunion de crise dans la nuit, a fait savoir que son comité de gouvernance et d'éthique puis son conseil d'administration se réuniraient "dans les plus brefs délais" afin de prendre les décisions nécessaires. "Le groupe est organisé pour assurer la bonne continuité de sa gouvernance et de ses activités, pour faire face à cet événement tragique", a déclaré son secrétaire général, Jean-Jacques Guilbaud.

Les noms de Philippe Boisseau, directeur général de la branche marketing & services de Total, et de Patrick Pouyanné, patron de la branche raffinage-chimie, tous deux membres du comité exécutif du groupe, ont souvent été évoqués pour succéder à Christophe de Margerie, qui était âgé de 63 ans.

Les actionnaires de Total avaient accepté en mai de repousser la limite d'âge du président du groupe de 65 à 70 ans et celle du directeur général de 65 à 67 ans, donnant ainsi la possibilité à Christophe de Margerie d'être reconduit dans ses fonctions pour préparer en interne sa succession.

A la Bourse de Paris, l'action Total, plus grosse capitalisation boursière française avec Sanofi, s'est inscrite comme la plus forte baisse de l'indice CAC 40 à l'ouverture, avec un recul de plus de 2%, avant d'effacer progressivement ses pertes.

Plusieurs gérants interrogés par Reuters se sont dits sans inquiétudes sur l'organisation rapide de la succession et la réaffirmation de la stratégie du groupe. En milieu d'après-midi, le titre prenait environ 2,5%, en hausse comme l'ensemble des valeurs pétrolières européennes à la faveur d'une stabilisation des cours du brut.   Suite...

 
La carcasse calcinée du jet d'affaires dans lequel le PDG de Total, Christophe de Margerie, a perdu la vie lundi soir lorsque l'avion a percuté un chasse-neige au décollage de l'aéroport Vnoukovo de Moscou. /Capture d'écran du 21 octobre 2014/REUTERS/Commission d'enquête russe via Reuters TV