Le groupe Bolloré veut devenir actionnaire majoritaire d'Havas

vendredi 17 octobre 2014 20h46
 

par Gwénaëlle Barzic et Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Bolloré a annoncé vendredi le lancement d'une offre publique d'échange sur Havas, dont il détient déjà 36%, afin de devenir actionnaire majoritaire du numéro six publicitaire mondial pour en accélérer le développement.

En préalable à cette OPE, le groupe diversifié dirigé par Vincent Bolloré soumettra le 27 novembre aux votes de ses actionnaires une division par 100 du nominal du titre Bolloré, dont le dernier cours est de 378,85 euros, afin de le rendre plus liquide.

La parité prévue pour l'OPE est de neuf actions Bolloré pour cinq titres Havas, précisent les deux groupes dans des communiqués. A l'issue de l'opération, le flottant de Bolloré passera entre 28% et 38%, contre 24% actuellement.

L'offre, révélée par Le Monde et confirmée à Reuters par une source proche du groupe, représente une prime de 19% sur le cours de 5,706 euros du titre Havas vendredi.

Les cotations des actions Havas et Bolloré reprendront lundi à l'ouverture après avoir été suspendues à 16h00 vendredi dans l'attente de la publication des communiqués des groupes sur cette offre, a précisé Euronext.

Bolloré souhaite en outre améliorer le rendement de son dividende pour le porter à un niveau équivalent à celui d'Havas, alors qu'il est actuellement deux fois moins élevé (0,8% contre 1,6% pour le groupe publicitaire).

"La principale raison de prendre le contrôle d'Havas pour Bolloré est que le groupe devient une part croissante de son empire et que la circulation de cash flow n'est pas idéale (...) et s'améliorerait en détenant la plupart des actions Havas", explique Charles Bedouelle, analyste chez Exane dans une note.

  Suite...

 
Vincent Bolloré. Le groupe éponyme annonce vendredi le lancement d'une offre publique d'échange sur Havas, dont il détient déjà 36%, afin de devenir actionnaire majoritaire du numéro six publicitaire mondial pour en accélérer le développement. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer