Rémy Cointreau toujours plombé par la baisse du cognac

jeudi 16 octobre 2014 11h01
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Rémy Cointreau a accusé un nouveau recul de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre de son exercice décalé 2014-2015, toujours plombé par la baisse de ses ventes de cognac en Chine, dont l'ampleur a cependant été moins marquée qu'au cours des trimestres précédents.

Le numéro deux français des spiritueux derrière Pernod Ricard a toutefois confirmé viser pour 2014-2015 une croissance organique positive de son chiffre d'affaires et de son résultat opérationnel courant après une année noire pour le spécialiste du cognac haut de gamme.

L'action gagne 0,67% à 52,25 euros vers 10h25, après un chiffre d'affaires jugé conforme aux attentes par des analystes.

Les performances des liqueurs et spiritueux ont agréablement surpris, souligne Bryan Garnier, qui note cependant une amélioration un peu décevante sur les ventes de cognac.

Le directeur financier de Remy Cointreau, Luca Marotta, a confirmé tabler sur un retour à la croissance des expéditions à destination des grossistes chinois dans la deuxième moitié de son exercice.

Ces expéditions restent en baisse en valeur en raison de l'attentisme des consommateurs chinois, mais se sont stabilisées en volume, a-t-il précisé lors d'une conférence téléphonique, rappelant que l'heure de vérité se situera au moment du Nouvel An chinois en février prochain.

Le repli des ventes de Rémy Martin s'explique par la poursuite du déstockage en Chine et un environnement macroéconomique complexe en Europe de l'Ouest, mais aussi par des effets de base très élevés dans la zone Amériques, précise le groupe dans un communiqué.

La baisse des ventes a cependant été moins forte sur la période allant de juillet à septembre qu'au cours des trimestres précédents (-11,8% à taux constants, après -15,3%, -32,3% et -32%).   Suite...

 
Rémy Cointreau a accusé un nouveau recul de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre de son exercice décalé 2014-2015, toujours plombé par la baisse de ses ventes de cognac en Chine, dont l'ampleur a cependant été moins marquée qu'au cours des trimestres précédents. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau