BofA dans le rouge après le règlement d'un litige

mercredi 15 octobre 2014 15h35
 

(Reuters) - Bank of America, la deuxième banque américaine par l'actif, a annoncé mercredi une perte modeste au titre du troisième trimestre, conséquence du règlement d'un litige avec le gouvernement fédéral au sujet de prêts hypothécaires.

L'établissement de Charlotte, en Caroline du Nord, a accusé une perte nette de 70 millions de dollars (55 millions d'euros) sur les trois mois au 30 septembre, soit un cent par action, après un bénéfice de 2,22 milliards (20 cents/action) un an plus tôt.

En incluant les dividendes sur les actions préférentielles, le trimestre se solde par un bénéfice net de 168 millions de dollars contre 2,5 milliards de dollars un an plus tôt.

Les analystes prévoyaient en moyenne une perte de 9 cents par action, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Il n'était pas clair dans l'immédiat si le résultat par action annoncé par la banque était comparable mais l'action Bank of America a faiblement réagi avec un gain de 0,4% dans les échanges d'avant-Bourse. Le titre a gagné 5,3% à Wall Street depuis le début de l'année, deuxième meilleure performance de l'indice KBW des bancaires après Wells Fargo.

"Nous avons constaté une bonne activité clients et une rentabilité améliorée dans la plupart de nos divisions par rapport au même trimestre de l'an dernier", a déclaré le PDG de la banque Brian Moynihan, dans un communiqué.

Le produit net bancaire a atteint au total 21,21 milliards de dollars contre 21,53 milliards un an auparavant.

Bank of America a conclu en août avec la justice un accord à l'amiable d'un montant record de 16,65 milliards de dollars (12,5 milliards d'euros) pour mettre fin aux poursuites visant ses pratiques de vente de produits financiers adossés à des créances immobilières avant la crise financière.

  Suite...

 
Bank of America, la deuxième banque américaine, annonce mercredi une perte modeste au titre du troisième trimestre, conséquence du règlement d'un litige avec le gouvernement fédéral au sujet de prêts hypothécaires. /Photo d'archives/REUTERS/Brendan McDermid