Le marché soulagé après l'abandon par Iliad de l'aventure US

mardi 14 octobre 2014 13h15
 

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - L'action d'Iliad a flambé mardi à la Bourse de Paris, les investisseurs se montrant soulagés par l'annonce de l'abandon de son projet d'acquisition aux Etats-Unis dont l'échec ravive également les espoirs d'une consolidation du secteur en France.

Le groupe de Xavier Niel a mis un terme à deux mois et demi de suspense en annonçant qu'il renonçait à acheter l'opérateur T-Mobile US après avoir essuyé un nouveau refus de sa maison mère, Deutsche Telekom.

Cette annonce a été saluée mardi matin par des marchés sceptiques sur le pari américain de l'opérateur télécoms dont le titre accusait jusqu'à lundi soir une baisse de 24% depuis l'officialisation fin juillet de son intérêt pour le numéro quatre du mobile Outre-Atlantique.

A 12h15, l'action d'Iliad reprenait 11,11% à 173,50 euros, affichant de loin la plus forte hausse du SBF 120 (-0,8%), dans des volumes nourris représentant 3,6 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois sur Euronext.

Kepler Cheuvreux, RBC Capital Markets et UBS ont relevé leur conseil sur la valeur, de même pour Natixis qui également revu en hausse son objectif de cours de 161 à 215 euros.

"Nous considérions le projet de racheter T-Mobile comme un élément de risque pesant sur le dossier Iliad sur fond de visibilité insuffisante sur le potentiel de création de valeur aux Etats-Unis, d'effort financier excessif et de distraction de ressources critiques en termes de fonds et d'hommes par rapport au marché français", résument les analystes d'UBS dans une note.

Iliad emmène dans son sillage les autres opérateurs français Orange et Bouygues Telecom, filiale de Bouygues, qui gagnent respectivement 0,78% et 3,04%, le marché se reprenant à espérer une consolidation du marché des télécoms.

  Suite...

 
L'action d'Iliad a flambé mardi à la Bourse de Paris, les investisseurs se montrant soulagés par l'annonce de l'abandon de son projet d'acquisition aux Etats-Unis dont l'échec ravive également les espoirs d'une consolidation du secteur en France. /Photo d'archives/REUTERS/Rick Wilking