L'UE presse Paris et Rome de revoir leurs budgets

vendredi 10 octobre 2014 18h53
 

par Paul Taylor

BRUXELLES (Reuters) - Des responsables européens tentent de convaincre les autorités françaises et italiennes de modifier leurs projets de budgets pour 2015 avant de les transmettre à la Commission européenne la semaine prochaine pour éviter un probable jugement négatif de sa part, ont déclaré vendredi des sources européennes.

Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a plaidé en ce sens lors de rencontres privées avec le président français, François Hollande, et le Premier ministre italien, Matteo Renzi, en marge du sommet européen sur l'emploi à Milan mercredi dernier, selon une source.

Il a parallèlement demandé à la chancelière allemande, Angela Merkel, d'agir pour accroître l'investissement public dans la zone euro dans le cas où les Français et les Italiens s'engageraient à mener davantage de réformes structurelles.

Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a déclaré vendredi dans un entretien à Reuters avoir "l'impression que le projet de budget de la France est assez loin de l'objectif, à la fois en termes de déficit nominal et de mesures effectives, concernant le déficit structurel et le nombre et la qualité des réformes qui doivent être réalisées".

"Donc, sur les trois critères, l'ambition doit être revue à la hausse", a ajouté le ministre néerlandais des Finances.

Paris et Rome ont défié Bruxelles en annonçant des projets de budgets qui violent leurs engagements de réduction de leurs déficits structurels, hors impact du cycle économique, et en pressant l'UE de se concentrer sur l'investissement et la croissance plutôt que de les pousser vers la récession.

UNE CLAQUE POUR HOLLANDE ?   Suite...

 
Des responsables européens tentent de convaincre les autorités françaises et italiennes de modifier leurs projets de budgets pour 2015 avant de les transmettre à la Commission européenne la semaine prochaine pour éviter un probable jugement négatif de sa part, selon des sources européennes. /Photo prise le 10 septembre 2014/REUTERS/Yves Herman