Hausse des créations d'emplois et baisse du chômage aux USA

vendredi 3 octobre 2014 16h29
 

WASHINGTON (Reuters) - L'économie américaine a créé plus d'emplois que prévu en septembre et le taux de chômage est redescendu à son plus bas niveau en plus de six ans, ce qui pourrait renforcer l'hypothèse d'un relèvement des taux d'intérêt par la Réserve fédérale vers la mi-2015, voire avant.

Le département du Travail a fait état vendredi de 248.000 créations de postes non-agricoles le mois dernier, tandis que les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un chiffre de 233.000.

"Alors que la demande continue à accélérer un peu, les entreprises sont contraintes d'embaucher à un rythme plus élevé", estime Russell Price, économiste chez Ameriprise Financial, dans le Michigan.

Ces chiffres, publiés à un mois des élections de mi-mandat au Congrès, pourraient faire écho au discours de Barack Obama sur l'amélioration de la situation économique, jusqu'ici entravé par la faiblesse persistante des revenus des ménages.

Le taux de chômage a reculé à 5,9%, du jamais vu depuis juillet 2008, après 6,1 en août. Le consensus tablait sur un taux de chômage inchangé à 6,1%.

La plupart des investisseurs pensent que la Fed attendra juillet 2015 pour relever son taux directeur, qui est proche de zéro depuis décembre 2008, mais ils sont de plus en plus nombreux à parier sur juin après la publication de ces chiffres.

Le rythme des embauches s'est résolument accéléré cette année. Sur les six derniers mois, la hausse des créations d'emplois atteint son plus haut niveau d'avant la récession de 2007-2009.

Les créations d'emplois ont été revues à la hausse pour les deux mois précédents, à 180.000 en août (142.000 en première estimation) et à 243.000 en juillet (212.000 en première estimation).

Les usines ont créé 4.000 emplois en septembre et le secteur de la distribution 35.000.   Suite...

 
Salon pour l'emploi à Los Angeles. L'économie américaine a créé plus d'emplois que prévu en septembre et le taux de chômage est redescendu à son plus bas niveau en plus de six ans, ce qui pourrait renforcer l'hypothèse d'un relèvement des taux d'intérêt par la Réserve fédérale vers la mi-2015, voire avant. /Photo d'archives/REUTERS/Lucy Nicholson