easyJet relève sa prévision de bénéfice annuel

vendredi 3 octobre 2014 12h29
 

par Sarah Young

LONDRES (Reuters) - La compagnie aérienne à bas coûts easyJet a ravivé l'espoir d'un dividende substantiel pour ses actionnaires en annonçant vendredi avoir revu à la hausse sa prévision de bénéfice pour l'ensemble de l'exercice clos en septembre, une révision qui confirme la rentabilité du modèle "low cost".

Le groupe britannique attend désormais un bénéfice annuel avant impôts de 575 à 580 millions de livres (735-741 millions d'euros) contre 545 à 570 millions de livres estimé en juillet.L Cette nouvelle prévision intègre l'impact de la baisse des prix du kérosène, d'effets de change favorables et de deux semaines de grève à Air France.

La nouvelle fourchette est supérieure au consensus des estimations d'analystes qui attendaient un bénéfice avant impôts de 566 millions de livres sur l'exercice décalé clos fin septembre.

Vers 10h00 GMT, l'action easyJet s'adjugeait 6,7% à Londres, plus forte hausse de l'indice Stoxx 600 européen, et tirait l'indice européen des transports et des loisirs, qui gagnait 1,26%, plus forte hausse sectorielle en Europe.

Cette révision en hausse de ses objectifs place easyJet, deuxième compagnie à bas coûts d'Europe après Ryanair, en position de verser le dividende le plus élevé de son histoire après avoir déclaré en septembre qu'elle comptait distribuer 40% de son bénéfice avant impôts à ses actionnaires, un ratio revu en hausse par rapport à celui d'un tiers en vigueur précédemment.

"Nous pensons qu'easyJet va continuer à prendre des parts de marché aux compagnies traditionnelles sur les grands marchés tels que l'Allemagne, la France et l'Italie alors que ces compagnies tentent de restructurer leurs propres opérations court-courriers", commente Robin Byde, analyste de Cantor Fitzgerald.

Il a ajouté s'attendre à l'annonce d'un dividende exceptionnel lors de la publication des résultats de l'exercice le 18 novembre.

  Suite...

 
easyJet revoit à la hausse ses prévisions de bénéfice 2014 en raison d'une baisse des prix du kérosène, d'effets de change favorables et des deux semaines de grève à Air France. /Photo prise le 16 septembre 2014/REUTERS/Christian Hartmann