Leclerc investit massivement pour traverser la crise

mercredi 1 octobre 2014 18h20
 

par Pascale Denis et Dominique Vidalon

PARIS (Reuters) - Plombé par une consommation en berne et de mauvaises conditions météo, le marché français de la distribution a reculé en France au troisième trimestre, a déclaré mercredi à Reuters Michel-Edouard Leclerc, annonçant avoir engagé un plan d'investissement massif pour traverser la crise et faire face à une menace de déflation durable.

Le deuxième distributeur de France derrière Carrefour va investir 1,2 milliard d'euros entre juin 2014 et la fin 2015 dans le développement du drive (points de retrait de commandes passées sur internet), la rénovation de ses hypermarchés ou l'amélioration de ses outils logistiques.

Comme Carrefour, engagé dans un vaste programme de rénovation de ses hypers, le champion des prix bas veut attirer la clientèle dans ses magasins avec une offre attractive et plus rentable, parallèlement à celle des drive, plus limitée et très concurrentielle.

"C'est un investissement d'adaptation à la crise (...) Il faut faire des gains logistiques, développer encore le drive et nos magasins spécialisés tout en attirant les clients dans les hypermarchés", a dit le président du mouvement d'indépendants, lors d'une interview en marge du "World retail congres" à Paris.

Il faut élargir la capacité d'arbitrage du consommateur. S'il va moins au restaurant, il faut lui proposer des produits plus festifs, souligne Michel-Edouard Leclerc.

La baisse du pouvoir d'achat "effectif" (hors dépenses contraintes), le chômage, l'absence de revalorisation des salaires et de moindres transferts sociaux dictés par les économies budgétaires sont autant d'éléments constitutifs selon lui d'une crise durable.

"DANS LE DUR DE LA CRISE"   Suite...

 
Plombé par une consommation en berne et de mauvaises conditions météo, le marché français de la distribution a reculé en France au troisième trimestre, déclare mercredi à Reuters Michel-Edouard Leclerc, annonçant avoir engagé un plan d'investissement massif pour traverser la crise et faire face à une menace de déflation durable. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen