Sans confiance, la croissance va rester au point mort

mardi 23 septembre 2014 18h01
 

PARIS (Reuters) - La croissance devrait stagner en France au troisième trimestre au regard des derniers indicateurs avancés d'activité publiés mardi qui ne permettent pas d'espérer une reprise après la confirmation d'une croissance nulle au deuxième trimestre.

La contraction de l'activité dans le secteur privé s'est légèrement accentuée en septembre, les services revenant dans le rouge tandis que le repli de l'industrie s'atténuait, selon les premières estimations "flash" des indices Markit des directeurs d'achats.

L'indice composite du climat des affaires de l'Insee a quant à lui perdu un point en septembre, pour le quatrième mois consécutif.

A 91, l'indice se situe à un niveau très dégradé, très en deçà de sa moyenne de long terme de 100.

Sa baisse est imputable à la nouvelle détérioration du climat des affaires dans les services (-2 points à 91), le bâtiment (-1 point à 88) et le commerce de gros (-5 points à 92).

La baisse de l'indice PMI de Markit dans les services (-0,9 point à 49,4) vient confirmer celle de l'enquête de l'Insee et, compte tenu du poids du secteur, l'emporte sur la nette remontée du PMI dans le secteur manufacturier (+1,9 point à 48,8) et fait donc reculer de 0,4 point le PMI composite à 49,1.

Il revient ainsi à son plus bas niveau depuis juin et sous la barre de 50 séparant les zones de contraction et d'expansion de l'activité.

"Au regard de ces résultats très mitigés, au niveau global comme dans les détails, la croissance devrait rester au point mort au troisième trimestre", prévoit Hélène Baudchon, économiste de BNP Paribas.

"Le portrait global pour la France est un autre trimestre de stagnation, au mieux", a dit à Reuters Chris Williamson, chef économiste de Markit.   Suite...

 
LA CROISSANCE FRANÇAISE