Siemens lance une OPA amicale sur l'américain Dresser-Rand

lundi 22 septembre 2014 11h46
 

par Ludwig Burger

FRANCFORT (Reuters) - Siemens a annoncé lundi le rachat du fabricant américain de turbines et de compresseurs Dresser-Rand pour 7,6 milliards de dollars (5,9 milliards d'euros), une opération qui permettra au conglomérat allemand de se renforcer sur le marché nord-américain du pétrole et du gaz.

Le groupe précise que son offre de 83 dollars par action a été acceptée à l'unanimité par les membres du conseil d'administration de Dresser-Rand. Le titre, que les rumeurs de rachat ont orienté à la hausse, a clôturé vendredi à 79,91 dollars.

Siemens a par ailleurs annoncé la vente de sa participation de 50% dans BSH Bosch und Siemens Hausgeräte à son partenaire Robert Bosch pour trois milliards d'euros, ce qui met fin à leur alliance vieille de 45 ans dans l'électroménager.

Dresser-Rand va permettre à Siemens de développer son activité sur les marchés américains en plein essor du gaz de schiste.

"En tant que marque de premier ordre sur le marché mondial des infrastructures de l'énergie, Dresser-Rand a parfaitement sa place dans le portefeuille de Siemens. Les activités combinées (des deux groupes) vont donner naissance à un fournisseur de rang international sur les marchés porteurs du pétrole et du gaz", s'est félicité Joe Kaeser, président du directoire de Siemens, dans un communiqué.

Siemens convoitait depuis longtemps déjà Dresser-Rand, considérant que son rachat lui permettrait de faire croître ses activités dans le pétrole et le gaz alors que le boom de la fracturation hydraulique en Amérique du Nord dope la demande d'équipements du secteur.

Mais la valorisation élevée de sa cible l'avait jusqu'à présent incité à la retenue. Dresser-Rand se traite en effet en Bourse sur la base de 24,6 fois le bénéfice attendu à un horizon d'un an, soit une prime de 60% sur ses principaux concurrents, selon les données Reuters.

  Suite...

 
Siemens a annoncé lundi le rachat du fabricant américain de turbines et de compresseurs Dresser-Rand pour 7,6 milliards de dollars (5,9 milliards d'euros). Dresser-Rand, que le géant industriel convoitait de longue date, va lui permettre de développer son activité sur les marchés américains en plein essor du gaz de schiste. /Photo d'archives/REUTERS/Lukas Barth