June 25, 2017 / 2:26 PM / a month ago

Les banques de la zone euro freinent la reprise du secteur, selon la BRI

3 MINUTES DE LECTURE

L'amélioration de la conjoncture économique mondiale permet aux grandes banques de tourner la page de la crise financière qui a éclaté il y a 10 ans, a dit dimanche la Banque des règlements internationaux (BRI), qui note cependant que les seuls établissements de la zone euro freinent la reprise du secteur dans son ensemble. /Photo d'archives/Heinz-Peter Bader

LONDRES (Reuters) - L'amélioration de la conjoncture économique mondiale permet aux grandes banques de tourner la page de la crise financière qui a éclaté il y a 10 ans, a dit dimanche la Banque des règlements internationaux (BRI), qui note cependant que les seuls établissements de la zone euro freinent la reprise du secteur dans son ensemble.

"Le secteur financier fait face à un environnement qui s'améliore mais reste difficile. Les perspectives économiques à court terme se sont nettement éclaircies", ajoute dans son rapport annuel la BRI, organe international de coordination des grandes banques centrales.

La BRI ajoute toutefois que dans certains pays, et au premier chef dans des pays de la zone, le système bancaire reste exposé à une détérioration de la qualité du crédit en raison notamment du nombre de prêts "non-performants" qui reste élevé.

Début juin, à l'instigation de la Banque centrale européenne (BCE), Banco Santander, première banque espagnole, a racheté pour un euro symbolique sa concurrente Banco Popular que les autorités européennes jugeaient au bord de la faillite.

Vendredi, la Commission européenne provisoirement validé le plan italien de mise en liquidation de deux banques régionales de Vénétie à l'aide de fonds publics, ce qui pourrait permettre à l'Italie de régler à sa manière cette crise, dernière en date d'un secteur bancaire italien ployant sous les créances douteuses.

Les économistes notent que l'Europe a été touchée par deux crises, la crise financière de 2007-2009, qui a touché le monde entier, et la crise de la dette des pays de la zone euro dans les années qui ont suivi.

Cette dernière n'a évidemment pas affecté les grands noms de la banque aux Etats-Unis et ces dernières ont en outre tiré parti de la bonne santé de l'économie américaine.

On considère généralement que l'Europe est plus lente que les Etats-Unis à prendre à bras le corps le problème de banques en difficulté et qu'elle propose, le cas échéant, des solutions moins radicales. L'Europe compte en outre un nombre excessif de banques.

La BRI estime que les banques mondiales ont notamment fait des progrès en matière de diversification de leurs sources de revenus. Mais elle ajoute que les actuelles valorisations boursières de nombre d'établissements sont symptomatiques d'une certaine défiance des investisseurs.

Le ratio cours-valeur comptable des banques de la zone euro restent sous le seuil de 1, ce qui veut dire que la valeur boursière d'une banque est inférieure à son bilan, poursuit la BRI.

Huw Jones, Benoit Van Overstraeten pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below