Les avionneurs face au ralentissement dans le Golfe

dimanche 18 juin 2017 14h16
 

par Cyril Altmeyer et Tim Hepher

PARIS (Reuters) - Les groupes aéronautiques vont devoir compter avec les perspectives moins flamboyantes des compagnies aériennes du Golfe, cruciales pour leurs commandes de long-courriers, mais la dynamique asiatique suffira à justifier leurs montées en cadence dans les monocouloirs, estiment des experts du secteur.

Le salon du Bourget, qui ouvre lundi ses portes pour une semaine au nord de Paris, verra les géants du secteur chercher de nouvelles sources de revenus, notamment dans le digital, pour compenser le ralentissement global du rythme des commandes.

Dans un salon marqué par la présence d'un avion de combat américain pour la première fois depuis des années, le F-35, les groupes également présents dans le militaire pourront communiquer sur la remontée des commandes de défense dans le monde.

Boeing présentera lundi le 737 MAX 10, une version de 190 à 230 sièges de son monocouloir, sa réponse à l'A321neo d'Airbus, qui domine largement ce segment de marché, a-t-on appris auprès de deux sources au fait de ce projet.

Cherchant à surpasser Airbus après des années mitigées pour le MAX, Boeing donnera aussi d'autres précisions sur un projet d'avion de taille intermédiaire, pour capter la demande prévue dans le segment des appareils de 220-270 sièges.

Mais l'époque où une compagnie comme Emirates assurait en grande partie le succès d'un avion comme l'A380 semble désormais révolue, estiment des experts, notant la prudence des avionneurs sur le segment des long-courriers.

"Cela pourrait questionner différemment de futurs gros porteur si tant est qu'un des deux constructeurs a des velléités de relancer un tel programme aujourd'hui", estime de son côté Alain Guillot, responsable du bureau parisien d'AlixPartners.

En cause, les récentes déconvenues des compagnies du Golfe, assises sur des croissance insolentes justifiant des commandes massives de gros porteurs.   Suite...

 
Le salon du Bourget ouvre ses portes lundi pour une semaine au nord de Paris. Les groupes aéronautiques vont devoir compter avec les perspectives moins flamboyantes des compagnies aériennes du Golfe, cruciales pour leurs commandes de long-courriers, mais la dynamique asiatique suffira à justifier leurs montées en cadence dans les monocouloirs, estiment des experts du secteur. /Photo prise le 18 juin 2017/REUTERS/Pascal Rossignol