Les salariés de GM&S bloquent à nouveau leur usine

mardi 13 juin 2017 19h03
 

PARIS (Reuters) - Les employés de l'équipementier GM&S Industry ont annoncé mardi qu'ils avaient à nouveau bloqué leur usine de la Souterraine, dans la Creuse, pour faire pression auprès du gouvernement et des constructeurs automobiles PSA et Renault.

"Face à la volonté évidente de l’Etat de bâcler notre dossier soi-disant prioritaire pour passer rapidement au suivant en recherchant la facilité, (...) les salariés ont décidé de rebloquer dans un premier temps le site GM&S de La Souterraine dès aujourd’hui", peut-on lire dans un communiqué. "Pas question d’accepter les décisions dévastatrices qui se profilent."

Les salariés étaient ressortis peu rassurés lundi de leur rencontre avec le cabinet du ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, qui a mis en place une cellule de crise à la demande d'Emmanuel Macron pour permettre la reprise du site.

Il prévoit plusieurs réunions cette semaine avec les différents acteurs du dossier, dont les constructeurs automobiles PSA et Renault, qui sont les principaux donneurs d'ordres, et le repreneur potentiel, le groupe GMD.

"L’Etat nous expose comme seule solution une reprise à 140 salariés par le groupe GMD qui, lui, refuse la diversification", indique le communiqué. "137 familles vont rester sur le carreau ! Et l’on nous demande de s’en satisfaire, qu’il n’y a pas d’autre option ? C’est un peu facile."

Le groupe propose de concentrer les activités de l'usine sur un atelier d'emboutissage, ce qui réduirait considérablement le potentiel de croissance du site, qui compte 277 salariés, selon l'avocat du comité d'entreprise Jean-Louis Borie.

Pour trouver une solution pérenne, les salariés souhaiteraient que le gouvernement continue de négocier une augmentation du chiffre d’affaires par Renault et Peugeot, et qu'il prolonge la période d'observation jusqu'à septembre.

Cela laisserait le temps à d'autres repreneurs de formuler des offres, selon eux.

Le gouvernement avait déjà fait pression sur les constructeurs pour qu'ils augmentent leur carnet de commandes à près de 25 millions d'euros.   Suite...