L'incertitude politique peu favorable aux M&A au Royaume-Uni

lundi 12 juin 2017 20h42
 

par Anjuli Davies et Pamela Barbaglia

LONDRES (Reuters) - L'incapacité de Theresa May à s'assurer une majorité stable à l'issue des élections législatives de jeudi dernier au Royaume-Uni risque de freiner l'activité des fusions-acquisitions (M&A) en Grande-Bretagne, ont estimé lundi plusieurs spécialistes de ce marché.

L'échec du pari électoral de la Première ministre affaiblit sa position à quelques jours seulement du début prévu des négociations sur les modalités de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Et à l'inverse, il renforce ceux qui, dans les rangs conservateurs et ailleurs, s'opposent à la volonté de Theresa May de quitter le marché unique et l'union douanière si elle n'obtient pas satisfaction sur le contrôle de l'immigration.

"Tant que l'incertitude régnera, je ne pense pas que cela soit particulièrement favorable aux M&A à court terme", a dit Karen Cook, responsable de la banque d'investissement de Goldman Sachs, lors d'une conférence sur les M&A organisée par Reuters.

"Je crois que le problème tient au fait que le gouvernement réunisse des opinions différentes au sein du parti Tory, qui ne sont pas toutes compatibles avec un Brexit dur."

Pour Hernan Cristerna, coresponsable des M&A chez JPMorgan, c'est en fait l'évolution du marché des changes qui sera le principal déterminant de l'activité de celui des fusions-acquisitions.

"Plus qu'un Brexit 'hard' ou 'soft', je surveille ce qui arrive à la livre sterling, or elle subit un nouvel accès de faiblesse post-électoral", a-t-il dit, ajoutant que cette baisse pourrait favoriser certaines opérations, comme cela avait été le cas après le référendum de l'an dernier sur l'UE.

"Il y a une situation opportuniste, les entreprises étant valorisées en sterling alors que la majeure partie de leurs actifs sont globaux."

Pour William Rucker, directeur général de Lazard UK, "il est bien trop tôt pour mesurer les conséquences de la semaine écoulée. Le Royaume-Uni est un environnement relativement ouvert aux M&A".   Suite...

 
L'incapacité de Theresa May à s'assurer une majorité stable à l'issue des élections législatives de jeudi dernier au Royaume-Uni risque de freiner l'activité des fusions-acquisitions (M&A) en Grande-Bretagne, ont estimé lundi plusieurs spécialistes de ce marché. /Photo prise le 9 juin 2017/REUTERS/Clodagh Kilcoyne