Les valeurs technologiques plombent les actions

lundi 12 juin 2017 18h46
 

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé dans le rouge lundi, pénalisées par le recul marqué des valeurs technologiques, qui continuent de subir des prises de bénéfice après la forte hausse des derniers mois.

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 1,12% à 5.240,59 points, son plus bas niveau de clôture depuis le 21 avril, et le Dax allemand a abandonné 0,98%. L'indice EuroStoxx 50 a cédé 1,17%, le FTSEurofirst 300 0,85% et le Stoxx 600 0,97%.

A Londres, le Footsie britannique a limité son repli à 0,21% grâce à la dépréciation de la livre.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait elle aussi dans le rouge, le Dow Jones cédant 0,26% et le Nasdaq 0,58%.

Le repli de 1,8% de ce dernier vendredi a déclenché un vaste mouvement de prises de profits sur les technologiques, qui a gagné l'Asie et l'Europe. Apple, première capitalisation boursière du monde, cède ainsi encore 2,7% après avoir perdu près de 4% vendredi.

L'indice Stoxx européen du secteur des hautes technologies a abandonné 3,61% sur la journée et, parmi les plus fortes baisses, le spécialiste des semi-conducteurs AMS a perdu 8,33%, STMicroelectronics 8,88%, Logitech 6,61% et Ubisoft 5,08%.

Plus forte baisse du CAC, Atos a cédé 4,55%.

Valorisé près de 23 fois les bénéfices attendus, le Nasdaq affiche encore un gain de près de 15% depuis le 1er janvier. Le Stoxx des hautes technologies, lui, affiche un ratio cours/bénéfice supérieur à 30 et une hausse de 14,7% depuis le début de l'année.

La baisse des actions s'accompagne d'un net regain de volatilité, l'indice VIX américain prenant plus d'un point, soit 10%, et celui de l'EuroStoxx plus de 8%.   Suite...

 
Les Bourses européennes ont terminé dans le rouge lundi. À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 1,12%, son plus bas niveau de clôture depuis le 21 avril, et le Dax allemand a abandonné 0,98%. A Londres, le Footsie britannique a limité son repli à 0,21% grâce à la dépréciation de la livre. /Photo prise le 12 juin 2017/REUTERS