12 juin 2017 / 15:34 / il y a 3 mois

COR-Qatar Airways veut voir l'OACI rétablir le trafic aérien

Les Nations unies devraient déclarer illégales les mesures prises par les pays du Golfe de fermeture du trafic aérien avec le Qatar, a déclaré le directeur général de Qatar Airways, dans des commentaires à la chaîne CNN rendus publics lundi. /Photo prise le 7 juin 2017/REUTERS/Naseem Zeitoon

(Reuters) -

Bien lire que l‘Arabie saoudite est aussi signataire de la convention

Les Nations unies devraient déclarer illégales les mesures prises par les pays du Golfe de fermeture du trafic aérien avec le Qatar, a déclaré le directeur général de Qatar Airways, dans des commentaires à la chaîne CNN rendus publics lundi.

L‘Arabie saoudite et ses alliés du Golfe, ainsi que l‘Egypte et le Yémen, ont rompu lundi dernier leurs relations diplomatiques, puis fermé leurs frontières aériennes, maritimes et terrestres avec l‘émirat, accusé de complaisance envers les islamistes et l‘Iran.

L‘Autorité de l‘aviation civile des Emirats arabes unis a fermé l‘espace aérien à tout trafic vers Doha et en provenance de la capitale qatarie jusqu‘à nouvel avis.

Akbar al Baker a fait appel à l‘Organisation de l‘aviation civile internationale (OACI), agence des Nations unies qui veille au respect de la Convention de Chicago de 1944 sur le droit aérien international.

“Nous avons des voies légales pour nous opposer à cela”, a-t-il dit. “L‘OACI (...) devrait s‘engager massivement, mettre tout son poids pour déclarer cette mesure illégale.”

L‘Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Bahreïn sont signataires de la Convention de Chicago.

Akbar al Baker a précisé que 18 destinations étaient désormais fermées à la compagnie aérienne.

Il a également reproché à l‘Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis d‘avoir fermé les agences de la compagnie sur leur sol.

“Ce n‘est qu‘un simulacre de comportement civilisé de fermer les agences de la compagnie”, a-t-il dit. “Nous avons été placés sous scellés comme s‘il s‘agissait d‘une organisation criminelle. Nous n‘avons pas le droit de rembourser nos passagers.”

Il a ajouté qu‘il était extrêmement déçu par l‘attitude du président américain dans ce conflit.

“(Les Etats-Unis) devraient prendre la tête d‘un mouvement visant à briser ce blocus et non laisser faire et mettre de l‘huile sur le feu”, a-t-il déclaré.

Donald Trump est intervenu dans le plus vif conflit entre pays du Golfe depuis des années, en prenant d‘abord le parti du camp saoudien, avant d‘appeler à l‘unité entre les Etats.

Par ailleurs, dans une interview aux Wall Street Journal, Akbar al Baker a assuré qu‘il ne retarderait pas pour autant ses commandes d‘avions, ni ne placerait ses projets de développement dans d‘autres pays, tels que l‘Inde, en suspens.

Sylvia Westall, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below