8 juin 2017 / 16:12 / il y a 2 mois

L'Europe dans le désordre après la BCE, l'euro recule

Les Bourses européennes ont terminé jeudi dans le désordre après la réunion monétaire de la Banque centrale européenne. Le CAC 40 a cédé 0,02%. Le Dax allemand a gagné 0,32% et le FTSE londonien a perdu 0,38%. /Photo prise le 8 juin 2017/REUTERS

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé jeudi dans le désordre après la réunion monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), qui a abandonné toute référence à d'éventuelles baisses de taux face à l'amélioration des perspectives économiques dans la zone euro, même si la faiblesse persistante de l'inflation l'a amenée à maintenir en l'état sa politique monétaire ultra-accommodante.

Sur le marché des changes, l'euro recule de 0,34% face au billet vert, autour de 1,1217 dollar, un mouvement qui s'est accentué après la révision à la baisse par la BCE de ses prévisions d'inflation, qui était attendue mais se révèle plus forte que prévu.

"Les déclarations d'aujourd'hui (jeudi) ont été largement conformes aux attentes et la solidité récente de l’euro est susceptible de se maintenir", juge toutefois Tim Graf, directeur de la stratégie macro de State Street Global Markets EMEA.

Du côté des Bourses, le CAC 40 a cédé 0,02% (1,29 points) à 5.264,24 points. Le Dax allemand a gagné 0,32% et le FTSE londonien a perdu 0,38%. L'indice EuroStoxx 50 a pris 0,42%, le FTSEurofirst 300 et le Stoxx 600 terminant tous deux quasiment inchangés.

La journée, particulièrement chargée, a été marquée aussi par les élections législatives anticipées en Grande-Bretagne, dont les résultats seront connus tard dans la soirée en Europe, et par le témoignage sans grande surprise devant le Sénat américain de James Comey, l'ancien directeur du FBI limogé par Donald Trump alors qu'il enquêtait sur l'ingérence présumée de la Russie dans la campagne présidentielle américaine.

Aux valeurs en Europe, les banques ont soutenu la tendance avec notamment un bond de 5,24% pour Santander, la plus forte hausse du Stoxx 600, au lendemain du rachat de sa compatriote en danger Banco Popular, dont la cotation est toujours suspendue.

A la baisse, le secteur des télécoms a perdu 1,17%. A Londres, Vodafone, traité ex-dividende, a reculé de 4,8%,

A Paris, le repli le plus marqué du CAC 40 est pour Valeo qui a perdu plus de 3%, pénalisé par l'abaissement du conseil de Kepler Cheuvreux à "réduire" contre "conserver".

Sur le marché des changes, la livre sterling recule un peu face au dollar et à l'euro dans l'attente du verdict des urnes au Royaume-Uni. Les investisseurs misent cependant sur une victoire du Parti conservateur de Theresa May.

Toujours aussi volatils, les cours du brut paraissent vouloir se stabiliser après avoir plongé jeudi en réaction à l'annonce d'une hausse inattendue des stocks de brut et d'essence aux Etats-Unis la semaine dernière.

A l'heure de la clôture en Europe, les indices de Wall Street évoluent sans tendance claire.

L'ancien directeur du FBI James Comey a déclaré devant la commission du Renseignement du Sénat avoir trouvé déconcertantes et préoccupantes les explications changeantes données par Donald Trump sur les raisons de son limogeage le 9 mai dernier. Son témoignage n'a toutefois pas apporté grand-chose de neuf sur le fond de l'affaire.

Patrick Vignal, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below