3 juin 2017 / 13:14 / il y a 3 mois

Wall Street continue de croire à une hausse de taux en juin

Le siège de la Réserve fédérale à Washington. Les principaux acteurs du marché obligataire sont unanimes à penser que la Réserve fédérale relèvera ses taux d'intérêt lors de sa prochaine réunion mi-juin mais leurs avis divergent sur la suite des événements après l'annonce vendredi d'un ralentissement des créations d'emploi en mai aux Etats-Unis. /Photo d'archives/Kevin Lamarque

NEW YORK (Reuters) - Les principaux acteurs du marché obligataire sont unanimes à penser que la Réserve fédérale relèvera ses taux d'intérêt lors de sa prochaine réunion mi-juin mais leurs avis divergent sur la suite des événements après l'annonce vendredi d'un ralentissement des créations d'emploi en mai aux Etats-Unis.

Le rapport mensuel du département du Travail a fait état de créations d'emploi plus faibles que prévu le mois dernier mais aussi d'un recul du taux de chômage à un creux de 16 ans et d'une progression convenable du salaire horaire moyen.

Ces éléments combinés devraient suffire aux responsables de la Fed pour décider de relever à nouveau les taux à l'issue de leur réunion des 13 et 14 juin, pensent les économistes de ces "primary dealers" (les banques traitant directement avec la Fed).

"Le rapport dans sa globalité montre un resserrement continu du marché du travail et devrait contribuer à consolider la décision de la Fed de relever les taux en juin", a dit Mark Doms, économiste chez Nomura Securities International.

Les 18 "primary dealers" interrogés vendredi s'attendent à ce que la Fed relève d'un quart de point, dans une fourchette de 1,00% à 1,25%, son objectif de taux des "fed funds".

Pour la suite du calendrier, 10 prédisent un relèvement de la fourchette à 1,25%-1,50% en septembre et six autres attendent une telle initiative en décembre.

Outre le rapport sur l'emploi, plusieurs indicateurs récemment publiés ont fait naître des doutes sur la vigueur de l'activité aux Etats-Unis.

La mesure de l'inflation observée par la Fed a ralenti à 1,5% sur un an en avril, la plus faible progression annuelle depuis décembre 2015 et un niveau inférieur à son objectif d'une hausse des prix de 2%.

Tous les "primary dealers" interrogés vendredi s'attendent à ce que la banque centrale américaine annonce d'ici la fin de l'année un plan de réduction de son bilan, actuellement de 4.500 milliards de dollars. Six pensent que la présentation de ce projet interviendra en septembre, tous les autres parient sur décembre.

"Nous allons avoir ce resserrement (monétaire) en juin. Puis nous allons être complètement dépendants des indicateurs", a dit Brian Edmonds, responsable du trading obligataire chez Cantor Fitzgerald.

Avec Saqib Ahmed, Karen Brettell, Sinead Carew, Sam Forgione, Chuck Mikolajczak, Dion Rabouin et Caroline Valetkevitch; Bertrand Boucey pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below