Valorisation record de 500 milliards pour les startups, selon une étude

vendredi 2 juin 2017 12h28
 

par Salvador Rodriguez

SAN FRANCISCO (Reuters) - La valorisation totale des startups ayant levé des fonds auprès des sociétés de capital-risque en Europe et aux Etats-Unis est passée de 40 milliards en 2010 à près de 500 milliards de dollars (446 milliards d'euros) aujourd'hui et leur nombre d'une dizaine à plusieurs centaines, selon un rapport publié jeudi.

Ces chiffres confirment une tendance de fond particulièrement notable dans la Silicon Valley où les "jeunes pousses" retardent de plus en plus leur introduction en Bourse en parvenant à lever des centaines de millions de dollars, voire des milliards, auprès de "hedge funds" (fonds spéculatifs), des fonds communs de placement et d'autres investisseurs privés.

Dans son rapport, la banque d'investissement basée à San Francisco, Scenic Advisement, a comptabilisé 471 entreprises non cotées dites en "phase finale" qui sont valorisées dans leur ensemble 490 milliards de dollars.

Etre une entreprise non cotée en phase finale implique d'avoir levé au moins 75 millions de dollars à l'occasion d'un minimum de trois tours de table de financement.

En 2014, elles n'étaient 171 pour une valorisation totale de 100 milliards de dollars, selon le rapport.

Les plus connues de ces entreprises sont Uber Technologies, Airbnb, DropBox, WeWork Companies ou encore Pinterest, mais à leur côté figurent des centaines d'autres plus obscures, spécialisées notamment dans la sécurité informatique, le cloud (informatique dématérialisée) et la génomique.

Dans le segment des licornes - les jeunes pousses valorisées à plus d'un milliard de dollars - on dénombre plus d'une centaine de sociétés alors qu'elles n'étaient que six en 2010.

L'étude prend en compte les entreprises basées aux Etats-Unis, en Europe et en Israël mais exclut bon nombre de sociétés en phase finale nées en Asie.   Suite...

 
La valorisation totale des startups ayant levé des fonds auprès des sociétés de capital-risque en Europe et aux Etats-Unis est passée de 40 milliards en 2010 à près de 500 milliards de dollars (446 milliards d'euros) aujourd'hui et leur nombre d'une dizaine à plusieurs centaines, selon un rapport publié jeudi. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau