Atlante: Conditions insuffisantes pour financer deux banques vénètes

mardi 30 mai 2017 19h11
 

MILAN (Reuters) - Atlante, le fonds de sauvetage du secteur bancaire italien, a rejeté mardi une demande d'injection de liquidités supplémentaires de la part des banques vénètes Popolare di Vicenza et Veneto Banca, estimant que les conditions n'étaient réunies pour ce faire.

Les deux banques de Vénétie sollicitent une intervention publique, via une recapitalisation préventive, pour combler un déficit des fonds propres de 6,4 milliards d'euros détecté par la Banque centrale européenne (BCE) mais la Commission européenne a exigé qu'elles lèvent au préalable un milliard d'euros de fonds privés.

"Les conditions ne sont pas réunies pour le moment pour un investissement supplémentaire dans les banques avec les fonds que nous gérons", explique Alessandro Penati, directeur général du fonds Quaestio chargé de gérer Atlante, dans une lettre adressée aux deux banques.

Il ajoute qu'on ne connaît pas précisément le montant nécessaire aux deux banques et qu'on ne sait pas davantage si le montant demandé suffira à leur assurer le déblocage d'une aide publique.

Atlante, qui a déjà investi 3,4 milliards d'euros dans les deux banques depuis sa création l'année dernière, n'a plus que 50 millions d'euros en réserve, a précisé Alessandro Penati.

Il a ajouté qu'un fonds dérivé appelé Atlante II et mis en place spécifiquement pour racheter des créances bancaires douteuses avait déjà accepté par principe d'investir 450 millions d'euros dans un programme de titrisation des créances douteuses des deux établissements.

Tout nouvel investissement dans les créances douteuses de Banca Popolare di Vicenza et de Veneto Banca serait "problématique", a-t-il déclaré.

LE TEMPS PRESSE, DIT-ON À BRUXELLES   Suite...

 
Atlante, le fonds de sauvetage du secteur bancaire italien, a rejeté mardi une demande d'injection de liquidités supplémentaires de la part des banques vénètes Popolare di Vicenza et Veneto Banca, estimant que les conditions n'étaient réunies pour ce faire. /Photo d'archives/REUTERS/Alessandro Bianchi