Victoire judiciaire pour Akzo Nobel au sujet de l'offre de PPG

lundi 29 mai 2017 21h44
 

par Toby Sterling et Bart Meijer

AMSTERDAM (Reuters) - Le fabricant néerlandais de peintures et de revêtements Akzo Nobel a remporté lundi une victoire judiciaire contre ses actionnaires partisans de discussions avec l'américain PPG au sujet de l'offre de rachat de 25 milliards d'euros présentée par ce dernier.

Le tribunal de commerce d'Amsterdam a rejeté une demande de ces actionnaires, emmenés par le fonds activiste Elliott Advisors, qui réclamaient la convocation immédiate d'une assemblée générale extraordinaire pour évincer le président d'Akzo, Antony Burgmans.

Ce jugement place la pression sur PPG, qui doit désormais décider soit de déposer une offre officielle sur Akzo Nobel avant la date-butoir du 1er juin, soit de renoncer pour au moins six mois à mettre la main sur sa cible.

Le groupe américain, qui a par ailleurs saisi une autre juridiction néerlandaise dans l'espoir d'obtenir un report de la date-butoir du 1er juin, a dit qu'il examinait cette décision.

"PPG reste désireux de discuter avec Akzo Nobel au sujet d'une éventuelle association des deux entreprises mais sans engagement productif (de la part des dirigeants d'Akzo), PPG réfléchira et décidera de lancer ou non une offre", a réagi PPG.

Le tribunal n'a relevé aucune faute de la part de la direction d'Akzo Nobel et a considéré que la demande des actionnaires revenait à vouloir forcer la main du conseil d'administration pour qu'il change d'orientation stratégique, une prérogative que le droit néerlandais n'accorde pas aux actionnaires.

Le juge Gijs Makkink a déclaré qu'Akzo était dans son droit en refusant d'ouvrir des discussions avec PPG, dont le groupe néerlandais a rejeté les trois offres successives depuis mars. Il a cependant relevé que la direction d'Akzo était confrontée au mécontentement d'une frange importante de ses actionnaires.

  Suite...

 
Le fabricant néerlandais de peintures et de revêtements Akzo Nobel a remporté lundi une victoire judiciaire contre certains de ses actionnaires partisans de discussions avec l'américain PPG au sujet de l'offre de rachat de 25 milliards d'euros présentée par ce dernier. /Photo d'archoves/REUTERS/Jerry Lampen