Le marché mondial du luxe vu en hausse de 2% à 4% en 2017, selon Bain

lundi 29 mai 2017 11h19
 

par Dominique Vidalon

PARIS (Reuters) - Le marché mondial du luxe devrait croître plus que prévu cette année, la progression des dépenses de la clientèle en Chine et en Europe compensant le ralentissement observé aux Etats-Unis et en Asie du Sud-Est, selon les prévisions du cabinet de conseil Bain & Co.

Les ventes mondiales de produits de luxe sont attendues en hausse de 2% à 4% en 2017 à taux de change constants - contre une prévision de 1% à 2% avancée en octobre, montre l'étude publiée lundi par Bain et la fédération italienne de l'industrie du luxe Altagamma.

Le chiffre d'affaires total du secteur devrait atteindre 254 à 259 milliards d'euros cette année, après avoir stagné en 2016 à changes constants à 249 milliards d'euros.

"Après une année 2016 difficile, le premier trimestre 2017 a apporté un certain soulagement à l'industrie du luxe. La poursuite du rapatriement de la consommation chinoise et les perspectives positives en Europe tant au niveau de la clientèle locale que des touristes soutiendront la croissance du marché mondial durant le reste de l'année", commente Claudia D'Arpizio, associée chez Bain.

Le secteur a souffert ces deux dernières années de la baisse de la fréquentation touristique en Europe du fait des menaces d'attentats, du décrochage du marché à Hong Kong et du ralentissement de la demande en Chine.

"C'est une croissance plus saine qu'avant. C'est pourquoi nous avons révisé notre prévision du marché pour cette année. Il y a une réelle surperformance de certains acteurs", a déclaré à Reuters Federica Levato, également associée chez Bain et coauteur de l'étude.

Le cabinet de conseil n'évoque pas les groupes de luxe individuellement. Mais les grands noms du secteur comme LVMH, Kering et Hermès ont tous publié de solides résultats financiers au titre du premier trimestre.

  Suite...

 
Le marché mondial du luxe devrait croître plus que prévu cette année, la progression des dépenses de la clientèle en Chine et en Europe compensant le ralentissement observé aux Etats-Unis et en Asie du Sud-Est. /Photo prise le 26 janvier 2017/REUTERS/Jacky Naegelen