Les concessions de Vivendi sur T.Italia paraîtraient insuffisantes

vendredi 12 mai 2017 19h04
 

par Foo Yun Chee

BRUXELLES (Reuters) - Vivendi a proposé à la Commission européenne de vendre une filiale de Telecom Italia pour pouvoir prendre le contrôle de l'opérateur télécoms italien mais ses concurrents y voient une concession trop modeste, ce qui pourrait amener l'exécutif européen à réclamer davantage au groupe français, a déclaré vendredi une source proche du dossier.

Premier actionnaire de Telecom Italia avec une participation de 24%, Vivendi cherche à obtenir l'aval de la Commission européenne à une prise de contrôle du premier opérateur d'Italie.

Le groupe français de médias a déclaré la semaine dernière aux services européens de la concurrence qu'il était prêt à céder la participation de 70% de Telecom Italia dans Persidera, exploitant de réseaux numériques terrestres pour les chaînes de télévision, montre un document consulté par Reuters.

La Commission a ensuite demandé l'avis de plusieurs concurrents et clients pour déterminer si Persidera resterait un acteur viable et compétitif sur son marché. Ceux-ci devaient répondre avant le milieu de la semaine qui s'achève pour que l'exécutif européen décide ensuite d'accepter ou non l'offre de Vivendi, de réclamer des concessions plus importantes ou d'ouvrir une enquête de quatre mois.

La Commission doit rendre sa décision préliminaire avant le 30 mai.

D'après la source, certains concurrents jugent que la proposition de Vivendi ne répond pas aux inquiétudes que suscite la perspective de voir le groupe français accroître la domination de Telecom Italia sur son marché dès lors qu'il en aura pris le contrôle.

Telecom Italia pourrait associer ses offres d'accès à internet et à la téléphonie mobile aux contenus fournis par Vivendi, ce qui lui procurerait un avantage trop important face à ses concurrents, a dit la source.

Vivendi pourrait aussi fournir ses contenus dans des conditions financières et contractuelles plus avantageuses pour Telecom Italia que pour la concurrence, a-t-elle ajouté.   Suite...

 
Vivendi a proposé à la Commission européenne de vendre une filiale de Telecom Italia pour pouvoir prendre le contrôle de l'opérateur télécoms italien mais ses concurrents y voient une concession trop modeste, ce qui pourrait amener l'exécutif européen à réclamer davantage au groupe français, a déclaré vendredi une source proche du dossier. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes