BASF voit l'importance de la division "Pétrole et gaz" diminuer

vendredi 12 mai 2017 17h13
 

par Ludwig Burger

PARIS (Reuters) - BASF, numéro un mondial de la chimie par le chiffre d'affaires, a annoncé vendredi vouloir mettre l'accent sur la rentabilité de ses activités chimiques et de protection des cultures en raison de la baisse de la contribution du pétrole et du gaz dans ses bénéfices dans un contexte de faiblesse des cours.

Le groupe allemand, dont les produits vont des convertisseurs catalytiques aux vitamines en passant par des produits chimiques en mousse et des plastiques techniques, continuera à viser des acquisitions et à vendre des activités non essentielles pour stimuler la croissance et la stabilité des bénéfices, a expliqué son président du directoire, Kurt Bock, aux actionnaires lors de l'assemblée générale annuelle.

"Traditionnellement, le segment 'Pétrole et gaz' représente environ 25% de l'EBIT avant dépréciation et amortissement, mais en 2016, ce chiffre n'était que de 15%", a-t-il dit.

"Il est donc encore plus important d'améliorer la rentabilité de nos activités de produits chimiques et de protection des cultures année après année. Au cours des dernières années, nous avons réussi à le faire en moyenne d'environ 5% par an", a-t-il ajouté.

La filiale d'hydrocarbures Wintershall, créée en 1969, restera cependant une activité de premier plan, a-t-il précisé.

La baisse du chiffre d'affaires de BASF l'an dernier, d'environ 13 milliards d'euros à 58 milliards, est liée à un transfert des activités de négoce et de stockage de gaz du groupe à Gazprom.

Cela faisait partie d'un échange d'actifs dans lequel BASF a pris une participation plus importante dans certains gisements gaziers sibériens de Gazprom dont la production ne démarrera pas avant l'année prochaine.

Kurt Bock a réaffirmé son intérêt pour d'éventuelles cibles susceptibles de renforcer la division protection des cultures, tout en déplorant que les prix des actifs aient "considérablement" augmenté au cours des dernières années.   Suite...

 
BASF, numéro un mondial de la chimie par le chiffre d'affaires, a annoncé vendredi vouloir mettre l'accent sur la rentabilité de ses activités chimiques et de protection des cultures en raison de la baisse de la contribution du pétrole et du gaz dans ses bénéfices dans un contexte de faiblesse des cours. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann