12 mai 2017 / 06:24 / dans 4 mois

Allemagne: Croissance forte et généralisée au 1er trimestre

L'économie allemande a enregistré une croissance de 0,6% au premier trimestre 2017, soutenue par les investissements dans le secteur de la construction, des machines et de l'équipement, ainsi que par les solides dépenses publiques et des ménages. /Photo prise le 26 janvier 2017/REUTERS/Fabian Bimmer

BERLIN (Reuters) - La croissance de l‘économie allemande s‘est accélérée au premier trimestre, portée par une multitude de facteurs, que ce soit les exportations, les dépenses des ménages et les dépenses publiques, ou encore un investissement productif dynamique, a annoncé l‘Office fédéral de la statistique vendredi.

La première économie européenne a enregistré une croissance de 0,6% sur la période janvier-mars 2017, d‘un trimestre sur l‘autre, contre 0,4% au quatrième trimestre de 2016. La croissance est conforme au consensus de Reuters et est la plus soutenue depuis celle de 0,7% du premier trimestre 2016.

“L‘investissement a fortement augmenté. Grâce à une météo clémente, l‘investissement dans le BTP et dans les équipements a été nettement plus élevé qu‘au quatrième trimestre 2016”, explique l‘Office.

“En outre, le commerce extérieur a également gagné en dynamisme et a soutenu la croissance avec une augmentation des exportations plus forte que celle des importations au vu de calculs provisoires”, ajoute l‘Office, qui mentionne également une légère hausse de la dépense publique et de la consommation des ménages en début d‘année.

La croissance annuelle du PIB a été de 1,7% au premier trimestre, ce qui est là encore égal au consensus.

“Une expansion sans fin en Allemagne (...) et ce en dépit de tous les risques”, observe Alexander Krüger, analyste de Bankhaus Lampe, ajoutant que c‘est une bonne chose que la croissance s‘appuie sur les performances de nombreux secteurs.

“Il faut cependant remarquer que l‘économie serait moins dynamique s‘il n‘y avait pas le soutien de taux d‘intérêt qui sont trop bas pour l‘Allemagne”, énonce-t-il.

Cette solide statistique, après une série d‘autres, sera un apport précieux pour la chancelière Angela Merkel, qui briguera un quatrième mandat à l‘occasion des législatives qui se tiendront le 24 septembre.

L‘Union chrétienne démocrate (CDU) de Merkel accroît déjà son avance face à l‘opposition sociale démocrate du SPD dans les sondages. Le SPD fait parti de la coalition actuellement au pouvoir mais rêve de déloger Merkel au profit de Martin Schulz, son candidat à la chancellerie.

La France, deuxième économie de la zone euro, a dégagé de son côté une croissance de 0,3% au premier trimestre après +0,5% au dernier trimestre de 2016, selon des données provisoires, tandis que l‘Italie, la troisième économie, aurait réalisé 0,2% de croissance, selon les projections de la Banque d‘Italie et dans l‘attente des chiffres provisoires attendus mardi.

L‘Espagne s‘est distingée avec 0,8% de croissance au premier trimestre, mieux que la moyenne de 0,5% pour l‘ensemble de la zone euro.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Juliette Rouillon

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below