11 mai 2017 / 10:18 / dans 4 mois

Problèmes de moteurs du 737 MAX pas liés à sa conception, selon Safran

Les problèmes du moteur LEAP du nouveau 737 Max de Boeing ne sont pas liés à sa conception, a déclaré jeudi le responsable moteurs de Safran, qui les fabrique avec General Electric au sein de leur coentreprise CFM. /Photo prise le 13 février 2017/REUTERS/Jason Redmond

VILLAROCHE (Seine-et-Marne) (Reuters) - Les problèmes du moteur LEAP du nouveau 737 MAX de Boeing ne sont pas liés à sa conception, a déclaré jeudi le responsable des moteurs de Safran, qui les fabrique avec General Electric au sein de leur coentreprise CFM International.

En raison de ces problèmes, Boeing a annoncé mercredi la suspension temporaire des vols d‘essai du 737 MAX, la nouvelle version de l‘avion le plus vendu par le constructeur aéronautique américain.

“Ce n‘est pas un problème de design, on est sur un sujet de qualité en production”, a déclaré Olivier Andriès, président de Snecma, la division moteurs de Safran, lors d‘une visite de presse du site du groupe à Villaroche (Seine-et-Marche).

Les turbines des moteurs concernés (de l‘ordre de 30 à 40) ont commencé à être vérifiées, ce qui devrait prendre au total quelques semaines, sans perturber la première livraison du 737 MAX de Boeing, toujours prévue en mai.

Olivier Andriès a confirmé l‘objectif de 450 à 500 moteurs LEAP à produire cette année, soulignant que CFM, qui recourt systématiquement à deux sources d‘approvisionnement pour chaque pièce du moteur, ferait monter en puissance le second des fournisseurs.

La version du moteur LEAP utilisée par Airbus pour son A320neo n‘était pas du tout concernée, puisqu‘il s‘agit d‘un moteur bien distinct équipé par des fournisseurs différents, a assuré Olivier Andriès, disant tenir son calendrier auprès du constructeur européen.

CFM est le seul motoriste du 737 MAX et il détient 55% du marché de la motorisation de l‘A320neo, pour lequel Pratt & Whitney (groupe United Technologies) propose un moteur qui a accusé des retards.

La coentreprise entre Safran et GE, qui revendique les trois quarts du marché des moteurs des monocouloirs, équipe aussi le C919 du chinois Comac dont le premier vol a eu lieu vendredi dernier.

Un deuxième avion d‘essai en vol devrait être mis en service vers la fin de l‘année, sur un total de six prévus, a précisé à Reuters Cédric Goubet, directeur général des moteurs civils de Safran.

Le moteur du C919 est similaire à celui de l‘A320neo mais les équipements qui l‘entourent sont très différents, de même que le comportement de l‘avion, nécessitant une campagne d‘essais spécifique.

En Bourse, Safran, qui cherche à racheter l‘équipementier Zodiac Aerospace, perd 1,65% à 76,21 euros à 15h30, accusant la troisième plus forte baisse du CAC 40 (-0,15%).

Tim Hepher et Cyril Altmeyer, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below