May 10, 2017 / 11:11 AM / 2 months ago

Les actions en manque de catalyseurs, le dollar à la peine

4 MINUTES DE LECTURE

Les principales Bourses européennes évoluent en très légère baisse mercredi à la mi-journée, à l'exception de Londres. À Paris, le CAC 40 recule de 0,11% vers 10h25 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,04%, l'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 abandonne 0,06%. /Photo d'archives/Christian Hartmann

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en très légère baisse mercredi à la mi-journée, à l'exception de Londres, dans un contexte de marché dominé par une volatilité toujours faible et une nouvelle salve de résultats.

À Paris, le CAC 40 recule de 0,11% à 5.391,63 points vers 10h25 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,04%, l'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 abandonne 0,06%, le Stoxx 600 se replie de 0,08% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro perd 0,19%.

A Londres en revanche, le FTSE progresse de 0,27%, porté par le rebond des secteurs de l'immobilier et de la distribution, qui avaient été les plus affectés par le Brexit.

A Wall Street, les contrats à terme sur les indices new-yorkais signalent une ouverture en baisse, de l'ordre de 0,1% à 0,3%.

Les investisseurs restent en quête de catalyseurs après avoir tourné la page de la présidentielle française, et l'actualité géopolitique incite à la prudence, qu'il s'agisse du limogeage du directeur du FBI par Donald Trump, qui a déclenché une nouvelle tempête politique à Washington, ou de la volonté prêtée à la Corée du Nord de procéder à un nouvel essai nucléaire.

Aux valeurs, Rubis, spécialiste français de la distribution de produits pétroliers, se classe en tête du Stoxx 600 avec un gain de 5,84% après avoir fait état d'un chiffre d'affaires en progression de 22% sur le premier trimestre, un début d'année salué par plusieurs analystes.

ING Groep gagne plus de 2%, la plus forte progression de l'EuroStoxx 50, après un bénéfice trimestriel courant en hausse de 39% et meilleur que prévu.

A Paris, Air France-KLM se distingue grâce au relèvement de recommandation de Barclays, qui suit plusieurs opinions favorables d'analystes parues récemment.

A contrario, le secteur de la construction affiche le recul le plus marqué (-0,73%), plombé entre autres par HeidelbergCement, qui abandonne près de 2% après des résultats trimestriels affectés par les marchés émergents. L'irlandais CRH et le franco-suisse LafargeHolcim cèdent un peu moins de 1%.

Selon les données Thomson Reuters I/B/E/S, environ 60% des grandes sociétés européennes ont désormais publié leurs résultats du premier trimestre et plus de 70% ont dépassé les attentes des analystes.

Sur le marché des changes, le dollar cède du terrain, pénalisé par le limogeage inattendu du patron du FBI, qui fait craindre de nouvelles turbulences politiques pour Donald Trump. Le billet vert perd près de 0,1% face à un panier de devises de référence et face au yen.

L'euro ne bénéficie toutefois pas de la faiblesse du dollar et revient vers 1,0865 dollar. Les cambistes attendent l'intervention, à 11h00 GMT, du président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, devant le Parlement néerlandais.

Sur les marchés pétroliers, le baril est reparti à la hausse après les informations de Reuters sur la volonté de l'Arabie saoudite de réduire ses livraisons à l'Asie d'environ sept millions de barils en juin pour soutenir les prix face à l'augmentation de la production américaine.

Le Brent reprend plus de 1% à 49,24 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) gagne 1,2% à 46,42 dollars.

Blandine Hénault, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below