BNP: Le SNB veut éviter le transfert de 150 postes au Maroc

mardi 9 mai 2017 14h18
 

PARIS (Reuters) - Le Syndicat national de la banque (SNB) a demandé à la direction de BNP Paribas de trouver une alternative à la délocalisation au Maroc d'activités dans les services informatiques représentant actuellement 150 postes en Ile-de-France.

"Ce que nous avons demandé c'est qu'on trouve une alternative pour le maintien de l'emploi en France", a déclaré à Reuters Joël Debeausse, délégué national adjoint de l'organisation, majoritaire au sein du groupe bancaire.

Une porte-parole de BNP Paribas n'a pas souhaité commenter les plans de la direction.

L'annonce de cette nouvelle délocalisation, révélée d'abord par Le Monde, intervient alors que l'attrition de l'emploi se poursuit dans le secteur bancaire et concerne pratiquement tous les métiers, sauf les activités de conformité, en plein essor du fait du renforcement de la réglementation.

Le tarissement de l'emploi, tant dans la banque d'investissement que dans la banque de détail avec le développement du digital, rend difficile la mobilité des employés concernés et la situation "anxiogène", explique Joël Debeausse, qui précise que l'option de licenciements "secs" n'est pas d'actualité.

Le plan de délocalisation de BNP Paribas évoque d'autres cas récents en France comme chez Natixis, où les syndicats avaient également demandé à la direction de renoncer à un plan de délocalisation au Portugal.

(Julien Ponthus et Maya Nikolaeva, édité par)

 
Le Syndicat national de la banque (SNB) a demandé à la direction de BNP Paribas de trouver une alternative à la délocalisation au Maroc d'activités dans les services informatiques représentant actuellement 150 postes en Ile-de-France. /Photo prise le 6 février 2017/REUTERS/Jacky Naegelen