8 mai 2017 / 15:08 / il y a 3 mois

Airbus aurait besoin de 12 à 18 mois de plus pour l'A400M, selon un rapport

Airbus pourrait avoir besoin de 12 à 18 mois supplémentaires pour résoudre les problèmes techniques de l'avion de transport militaire A400M, selon les conclusions d'un rapport confidentiel du ministère allemand de la Défense, auquel Reuters a eu accès. /Photo prise le 18 avril 2017/Régis Duvignau

BERLIN (Reuters) - Airbus pourrait avoir besoin de 12 à 18 mois supplémentaires pour résoudre les problèmes techniques de l'avion de transport militaire A400M, selon les conclusions d'un rapport confidentiel du ministère allemand de la Défense, auquel Reuters a eu accès.

Les problèmes techniques et contractuels auxquels Airbus est confronté avec ce programme pourraient empêcher l'A400M d'être pleinement opérationnel, estiment les auteurs du rapport.

"Etant donné le sous-financement du programme et les demandes attendues liées aux pénalités de retard, Airbus ne fera pas les investissements nécessaires pour réaliser les améliorations requises", est-il écrit dans le rapport.

"L'utilisation opérationnelle de l'avion est de ce fait menacée."

Airbus, toujours selon le rapport, pourrait demander un délai supplémentaire de 12 à 18 mois pour régler ces problèmes, comme la capacité de déployer des parachutistes et des mesures défensives, dans le cadre de nouvelles négociations engagées avec les sept pays de l'Otan clients de ce programme de 20 milliards d'euros.

Interrogé sur ce rapport, un porte-parole d'Airbus a déclaré que le programme A400M avait fait des progrès importants ces douze derniers mois dans les domaines des mesures défensives et du déploiement des parachutistes.

Le directeur de la division Airbus Defence and Space Dirk Hoke a déclaré à Reuters que le groupe était engagé dans des discussions "très constructives" avec tous ses pays clients européens depuis une réunion tenue fin mars.

Une porte-parole du ministère allemand de la Défense s'est refusée à tout commentaire sur le rapport. Elle a déclaré que l'A400M avait fait ses preuves lors d'opérations de routine mais qu'il était connu que l'appareil n'avait pas toutes les capacités requises par contrat.

"Nous suivons très étroitement l'évolution du projet", a-t-elle dit, notant qu'Airbus avait l'obligation de trouver des solutions, ce qui expliquait les négociations avec les pays clients.

Le président exécutif d'Airbus Tom Enders avait déclaré le mois dernier que le groupe espérait obtenir une aide financière "importante" des pays européens clients de l'A400M pour l'aider à faire face aux nouveaux problèmes du programme.

L'A400M doit faire face à des pénalités liées à des retards et à une clause contractuelle permettant aux clients de suspendre certains paiements. Le coût du programme a pesé en 2016 sur les comptes du groupe européen d'aéronautique et de défense.

Sabine Siebold, Dominique Rodriguez pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below