Akzo Nobel éconduit PPG une nouvelle fois

mardi 9 mai 2017 06h46
 

par Toby Sterling

AMSTERDAM (Reuters) - Akzo Nobel a rejeté lundi une troisième proposition de fusion du concurrent américain PPG Industries, estimant que cette offre de 26,9 milliards d'euros continue à le sous-évaluer, qu'elle risque de susciter la méfiance des autorités de la concurrence et qu'elle ne résout en rien des problèmes tels que les "différences culturelles".

Le groupe chimique néerlandais spécialisé dans les peintures ajoute qu'il ne poursuivra pas de discussions avec PPG, en dépit des pressions exercées en ce sens par des actionnaires favorables à la fusion et emmenés par le fonds spéculatif Elliott Advisors.

PPG doit maintenant décider s'il se lance dans une OPA officielle et hostile avant la date limite du 1er juin, conformément au droit boursier néerlandais. Dans l'intervalle, le groupe américain s'est dit "déçu" par la réaction d'Akzo Nobel qu'il prendra le temps d'examiner.

"Akzo Nobel conclut que sa propre stratégie, présentée le 19 avril 2017, est un bien meilleur moyen de créer de la croissance et de la valeur sur le long terme et sert mieux les intérêts des actionnaires, quels qu'ils soient", estime le groupe néerlandais dans un communiqué.

Ce dernier prévoit de verser cette année un dividende exceptionnel de 1,6 milliard d'euros et de vendre ou d'introduire en Bourse dans les 12 mois son pôle chimie, qui représente le tiers environ du chiffre d'affaires et des profits.

Le président du directoire Ton Buechner a dit à la presse que le président du conseil de surveillance Antony Burgmans avait rencontré samedi Michael McGarry, le directeur général de PPG. Il n'a pas été plus explicite, se contentant de dire que la rencontre avait été "cordiale et respectueuse".

PPG a confirmé que son directeur général et qu'un membre du conseil d'administration avaient rencontré Burgmans et Buechner.

L'offre présentée par PPG le 24 avril représente 96,75 euros par action, soit une prime de 50% sur le cours d'Akzo Nobel avant que les intentions du groupe américain n'aient été connues, le 9 mars.   Suite...

 
Akzo Nobel a rejeté lundi une troisième proposition de fusion du concurrent américain PPG Industries, estimant que cette offre de 26,9 milliards d'euros continue à le sous-évaluer, qu'elle risque de susciter la méfiance des autorités de la concurrence et qu'elle ne résout en rien des problèmes tels que les "différences culturelles". /Photo d'archives/REUTERS/Robin van Lonkhuijsen