La qualité des résultats de Casino se détériore, selon Barclays

vendredi 5 mai 2017 14h49
 

PARIS (Reuters) - Casino voit la qualité de ses résultats se dégrader, selon les analystes de Barclays qui ont abaissé leur conseil sur la valeur à "sous-pondérer", estimant que les performances du distributeur devraient encore rester largement soutenues par des éléments non opérationnels.

"La plupart des objectifs 2016 de Casino ont été atteints grâce à l'aide substantielle d'éléments non opérationnels", soulignent-ils dans une note publiée vendredi.

Après la consultation des comptes détaillés publiés dans le document de référence du groupe, ils estiment que la génération de cash-flow en France aurait été négative de 386 millions d'euros, au lieu d'un résultat publié positif de 102 millions, sans le concours de 150 millions d'euros de dénouements et modifications de swaps de taux et de 338 millions d'euros de cession d'actifs immobiliers.

"Casino a atteint son objectif de croissance de génération de trésorerie en France grâce à des éléments non opérationnels", indique le bureau d'analyse.

Par ailleurs, l'objectif de 500 millions d'euros de résultat opérationnel en France que s'était fixé le groupe pour 2016 en réponse aux critiques du fonds Muddy Waters et de l'agence Standard & Poor's "a surtout été atteint grâce aux transferts ou aux fermetures de magasins déficitaires".

La barre promise des 500 millions (après 337 millions en 2015) a été atteinte alors que la croissance du chiffre d'affaires a été limitée à 0,3% en comparable, au lieu de 1,5% anticipé par le groupe.

Barclays estime que la poursuite de ces opérations de cessions ou transferts devrait constituer "le principal moteur de croissance du résultat opérationnel en France pour les années à venir".

OPTIONS D'ACHAT   Suite...

 
Casino voit la qualité de ses résultats se dégrader, selon les analystes de Barclays qui ont dégradé la valeur à "sous-pondérer", estimant que les performances du distributeur devraient encore rester largement soutenues par des éléments non opérationnels. /Photo prise le 16 janvier 2017/REUTERS/Eric Gaillard