May 4, 2017 / 7:02 AM / 3 months ago

Les industriels français relèvent leurs prévisions d'investissement

2 MINUTES DE LECTURE

Les industriels français ont légèrement relevé leurs prévisions d'investissement pour cette année, qu'ils attendent désormais en hausse de 6% après une progression de 4% en 2016, selon une enquête trimestrielle de l'Insee publiée jeudi. /Photo d'archives/Philippe Wojazer

PARIS (Reuters) - Les industriels français ont légèrement relevé leurs prévisions d'investissement pour cette année, qu'ils attendent désormais en hausse de 6% après une progression de 4% en 2016, selon une enquête trimestrielle de l'Insee publiée jeudi.

Dans la précédente enquête, publiée début février, ils escomptaient une hausse de 5% de leurs investissements en 2017 et estimaient déjà l'évolution de 2016 à +4%.

L'investissement dans l'industrie représente environ un quart de l'investissement productif en France.

Dans la première estimation des comptes nationaux pour le premier trimestre publiée fin avril, l'Insee a fait état d'une hausse de 2,1% de l'investissement des entreprises non financières par rapport aux trois premiers mois de 2016, et d'une progression de 3,9% sur l'ensemble de l'an passé. [nL8N1I0103]

L'enquête publiée jeudi est marquée par une très forte révision à la hausse des prévisions pour l'industrie des biens d'équipements, où l'investissement progresserait de 27% (+11 points par rapport à février).

A l'inverse, les industriels du secteur des matériels de transport sont plus pessimistes que cet hiver, anticipant un recul de 6% (-1 point) de leurs investissements après une hausse de 8% en 2016, et de 11% (-8 points) pour le seul sous-secteur automobile.

Toujours selon l'Insee, les industriels interrogés sont plus nombreux à prévoir une augmentation plutôt qu’une baisse de leur investissement au cours du second semestre, le solde correspondant (+12) étant au-dessus de sa moyenne de longue période (+6).

La destination des investissements prévus en 2017 changerait peu par rapport à 2016 et resterait proche de la structure moyenne constatée depuis 1991 avec une part destinée au renouvellement qui reste la plus importante (56%).

Un quart des investissements permettrait de moderniser les équipements, la part consacrée aux économies d’énergie restant un peu plus élevée que par le passé.

Yann Le Guernigou

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below