Société générale paie près d'1 milliard d'euros pour régler un différend avec la Libye

jeudi 4 mai 2017 11h07
 

par Julien Ponthus et Maya Nikolaeva

PARIS (Reuters) - Société générale a annoncé jeudi avoir accepté de payer 963 millions d'euros à la Libyan investment authority (LIA) pour mettre fin à des litiges concernant des transactions financières datant de 2007-2009 et pour lesquels devait s'ouvrir le même jour à Londres un procès.

"Nous évitons un long procès, qui aurait demandé beaucoup de ressources, beaucoup d'énergie et à l'issue au total incertaine", a expliqué lors d'une conférence de presse téléphonique le directeur général de la banque française, qui a officiellement présenté ses excuses à la Libye.

Socgen a regretté "le manque de prudence" de certains de ses collaborateurs et dit espérer que le pays, en proie à des conflits internes depuis la chute du dirigeant Mouammar Kadhafi, pourrait rapidement surmonter ses difficultés.

"En mettant ce litige derrière nous, nous allons pouvoir concentrer notre énergie", a ajouté Frédéric Oudéa, évoquant notamment le nouveau plan stratégique attendu fin novembre.

Le fonds souverain libyen, qui a déjà poursuivi, mais sans succès, la banque américaine Goldman Sachs, réclamait un dédommagement de 2,1 milliards de dollars pour des transactions soupçonnées d'être entachées par des pots-de-vin versés à la société d'un intermédiaire lié à la famille Kadhafi.

La reconnaissance de sa responsabilité dans le dossier libyen est un nouveau coup dur pour Société générale, critiquée l'année durant les révélations sur les "Panama papers" et dont l'image continue de souffrir, près de dix ans après, du scandale lié à son ancien courtier Jérôme Kerviel.

"PROBLÈMES RÉCURRENTS EN MATIÈRE DE RÉPUTATION"   Suite...

 
Société générale a annoncé jeudi avoir signé un accord par lequel elle paiera 963 million d'euros à la Libyan investment authority (lia) pour mettre fin a des litiges concernant des transactions financières datant de 2007-2009 et pour lesquels devait s'ouvrir ce même jour à Londres un procès. /Photo d'archives/REUTERS/Denis Balibouse